Trains supprimés dans les Hauts-de-France : le ministre des Transports exige la fin “des galères”

Clément Bon s'est entretenu avec le président des Hautes-de-France Xavier Bertrand sur le manque de chauffeurs.  Faut-il les chercher dans d'autres territoires ?  mentionné.
Clément Bohn s’est entretenu avec le président des Hautes-de-France X. Bertrand au sujet de la pénurie de conducteurs de train. Faut-il les chercher dans d’autres territoires ? mentionné. (©MN/Lille News)

lundi 7 novembre 2022 Ministre des Transports Clément Bohn s’est rendu dans le nord, où il a rencontré le président de la métropole européenne de Lille, Damien Castelein et Président Régional Xavier Bertrand. Selon le ministre, il était confronté à une situation “très difficile”, mais qui des usagers du réseau SNCF Hauts-de-France est certes jugée catastrophique, mais il s’est engagé. “Nous fournirons dès que possible à la région en charge des TER un calendrier de retour à la normale dans les prochaines semaines.”

“Se sentir abandonné” à éviter

Entre le 24 octobre et le 6 novembre, 136 des 1 255 trains qui traversaient la Haute-de-France ont été supprimés. refuser toute cette semaine du 7 novembre : les touristes doivent composer avec un grand nombre de trains en moins, en raison du manque de chauffeurs sur le territoire. 65, plus précisément. Le besoin urgent, calculé par le président de la région, sera d’au moins 50 chauffeurs et de 15 à 20 techniciens.

Lire Aussi :  quelles communes sont concernées dans le Sud-Ouest ?

Mais comment de tels chiffres peuvent-ils être collectés ? Clément Bohn a parlé d'”accélérer la formation et le recrutement”, même si le personnel est “bien formé à la sécurité, ça ne se fera pas en deux jours”. Dans la question de la mobilisation des chauffeurs d’autres régions a également été soulevée. Après l’entretien avec Xavier Bertrand, aucune décision n’a été prise ; le ministre répète ceci : « Je veux que nous fassions tout pour que ces galères durent le plus tôt possible. Si les choses ne fonctionnent pas dans les prochaines semaines, il y aura un sentiment d’abandon. »

Lire Aussi :  Invectives, "menaces"... Séance tendue à l'Assemblée sur la réintégration des soignants non-vaccinés

Travail sur l’attractivité du métier

La réponse à la pénurie de chauffeurs, qui touche “fortement” les Hauts-de-France, sera aussi “d’attirer ces métiers en payant plus”. Du côté des utilisateurs, Clément Bohn a demandé un bouclier tarifaire qui pourrait leur profiter. Uniquement sur les TGV, les prix des TER sont les mêmes au sein des zones. “Il devrait y avoir une augmentation des tarifs [annoncée] restera en dessous de l’inflation pour 2023. Avec des efforts particuliers pour ceux qui ont le plus besoin du train, par exemple les jeunes. »

Lire Aussi :  Camavinga : « Mes dernières performances en équipe de France n'étaient pas forcément en ma faveur »

Quant aux Hauts-de-France, le ministre des transports rencontrera cette semaine le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou. La SNCF a déjà annoncé 17 trains supplémentaires sur le réseau à partir du 14 novembre et 21 trains supplémentaires à partir du 12 décembre.

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre Lille Actu dans l’espace My Actu. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button