Top 10 des trucs qu’on dessinait tous quand on était enfants

1. Soleil avec des lunettes de soleil

Même s’il fait beau, il n’a pas besoin de “ses” lunettes. Cela n’a aucun sens. C’est même complètement à côté de la plaque.

2. … Au fait, le soleil est toujours placé dans le coin gauche de la page

Avec des rayons inégaux, présentant parfois une alternative de couleurs, pour une question esthétique. Pourquoi mettre une étoile dans un coin du papier ? Alors, où d’autre placeriez-vous les nuages ? Il faut leur donner de l’espace ! Soyez logique.

3. Oiseaux en V

Ce concept d’aile est très pratique. Avec un crayon, nous avons fait l’impression de Van Gogh. Mais Jacques Van Gogh. Un cousin éloigné. Pas très doué, certes.

5. … Ou des hommes sans corps

Grosse tête, mains et pieds. Nous n’étions pas très doués pour la représentation, mais nous n’avons pas oublié de dessiner des chaussures et des cheveux raides sur la tête de nos personnages. Nous n’étions pas des monstres non plus, hein !

6. Maison géométrique parfaite

Carré pour mur, triangle pour toit et rectangle pour fenêtres ou portes. Un esprit cartésien qui a transformé le monde en un univers gouverné par le dieu de la géométrie et des mathématiques. C’est aussi terrifiant qu’impressionnant. Des génies intimidés et incompris.

7. (très) gros escargots décortiqués

Donc de toute façon, c’est juste une palourde visqueuse qui coule et qui ne bouge pas vite. Rien de super esthétique, mais bon… il y avait quand même quelque chose de très satisfaisant à faire une spirale. Je ne sais pas pourquoi cette forme nous fascinait quand nous étions petits, mais c’était une forme de pointe qui était sûre de maîtriser la brillance sur le terrain de jeu.

Lire Aussi :  Batman : 7 méchants que vous ne verrez jamais au cinéma

8. Les personnages sont “style manga”, mais très moches et très ratés

Avec de grands yeux qui ne ressemblent qu’à des yeux. Il y avait une intention, une envie de faire du bien, des projets artistiques et esthétiques, mais malheureusement, il y a eu des lacunes dans la mise en œuvre.

9. “American S” réalisé en connectant 6 petites barres ensemble

Autant dire qu’une fois qu’on a maîtrisé la technique, on en a dessiné partout ! Partout sur les pages des cahiers de cours, dans les agendas de nos amis, et pour les plus rebelles d’entre nous : sur les pupitres des salles de classe (c’est pas bien, t’en fais pas). C’était en quelque sorte un dessin de faire partie de la “cool team” du lycée.

Lire Aussi :  « Que fait-on quand il pleut ? » se demande l'oiseau migrateur de Ralph Doumit

10. Notre main, en la posant sur la feuille et en la marquant au feutre

LA une image qui a complètement détruit nos mains. Somme toute, après cet exercice (risqué, on ne s’en attribuera pas tout le mérite de toute façon), on s’est retrouvé avec plus d’encre sur la peau que sur la page. Mais, que veux-tu? Pour faire vivre l’art, il faut savoir lui donner sa personnalité, vraiment.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button