Sports | Mondial-2022: Yoshimi Yamashita, femme arbitre défricheuse mais humble

Crédit : © 2022 AFP, Andrew MCKIRDY

Tokyo – Yoshimi Yamashita dit qu’elle a été « tirée » de force pour arbitrer son premier match. Les Japonaises entrent maintenant dans l’histoire en devenant l’une des premières femmes arbitres au Qatar lors d’une Coupe du monde masculine.

Avec la Française Stéphanie Frappart et la Rwandaise Salima Mukansanga, elle fait partie des trois femmes sélectionnées par la Fifa pour le Mondial-2022 (20 novembre et 18 décembre) parmi les 36 arbitres.

Yoshimi Yamashita, 36 ans, dit qu’elle a une “fierté et une responsabilité” pour la mission au Qatar (où pour la première fois trois autres femmes font partie des 69 arbitres assistants du tournoi).

Elle a d’abord écouté le coup de sifflet sur l’insistance de Makoto Bozono, une amie universitaire devenue arbitre internationale et qui a officié à ses côtés lors de la Coupe du monde féminine 2019.

Cet ami l’a “semi-trainé” pour arbitrer une réunion, “et c’est comme ça que j’ai commencé”, raconte-t-il à l’AFP. “Lorsque vous jouez à un jeu, cela vous donne envie de recommencer et de faire mieux.”

– Jeux vidéo et énigmes –

Yoshimi Yamashita s’est rendu compte qu’elle “contribuait peut-être au football féminin au Japon” lorsqu’elle a commencé à jouer au plus haut niveau de l’arbitrage.

Elle devient arbitre internationale en 2015, en 2016 elle officie lors de la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans en Jordanie, puis deux ans plus tard en Uruguay, et avant la Coupe du monde féminine 2019 en France avec ses compatriotes Makoto Bozono et Naomi Teshirogi.

Toujours en 2019, leur trio a formé la première équipe d’arbitrage entièrement féminine pour un match masculin de la Coupe AFC, la deuxième compétition interclubs la plus prestigieuse d’Asie.

En avril de cette année, Yoshimi Yamashita est devenue la première femme arbitre à arbitrer un match de la Ligue des champions d’Asie.

Avant de signer son contrat d’arbitre professionnel au Japon cet été – encore une fois un événement sans précédent pour une femme dans le pays – Yoshimi Yamashita était instructeur de fitness à temps partiel et prenait rarement des jours de congé pour s’entraîner.

“Je n’aime pas vraiment le plein air”, dit-elle, et elle dit qu’elle aime se détendre devant la télévision, jouer à des jeux vidéo ou jouer à des puzzles.

– “Je m’en fous” du pouvoir –

La femme de Tokyo a également été la première femme arbitre de la J-League japonaise l’année dernière, et en septembre de cette année, elle a arbitré un match de première classe pour la première fois.

Elle se sent redevable aux autres arbitres féminines qui ont déjà fait leurs preuves dans le football masculin : si elles n’avaient pas ouvert la voie, elle n’aurait pas eu sa place au Qatar, estime-t-elle.

“Je ne peux pas briser cette confiance. C’est une grande responsabilité, mais je suis content de l’avoir.”

Officier pendant la Coupe du monde est “un rêve” qu’il “n’aurait jamais pu imaginer”, ajoute-t-il.

Yoshimi Yamashita se sent également “responsable” pour son pays, puisqu’elle sera la seule représentante japonaise parmi les arbitres de la Coupe du monde 2022, hommes et femmes. “Je vais me préparer au mieux de mes capacités pour qu’il réussisse.”

“Je ferai tout pour mettre en valeur la beauté du football. Le pouvoir ou le contrôle ne m’intéressent pas”, avait-il promis dans une interview à la Fifa il y a quelques mois.

Source

Lire Aussi :  Nationale : Nova de retour, Caffo et David titulaires … Découvrez la composition du RC Narbonnais pour son déplacement à Blagnac

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button