Quand l’agroalimentaire sert de tremplin à de jeunes travailleurs autistes

Le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) du Cégep de Victoriaville, en partenariat avec le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec et le Centre de services scolaire des Bois-Francs, annonce le lancement du projet AUSIRIS. a fait. Service de la main-d’œuvre externe du Centre-du-Québec.

Dans le cadre de ce projet novateur, huit jeunes atteints de Troubles du Spectre Autistique (TSA) ont été recrutés par l’un des organismes partenaires du projet, dont l’Institut National d’Agriculture Biologique (INAB) Sedep de Victoriaville et la Coopérative La Manne. . IGA Marché A. Desrochers de Warwick.

L’INAB offre un environnement de stage diversifié grâce à ses nombreuses installations telles que des vergers, des champs, des serres et des pavillons de production animale. Les participants auront l’occasion d’y effectuer diverses tâches, de la gestion des cultures de fruits et légumes à la récolte et à l’emballage. Ils peuvent également participer aux soins des animaux. Dans les deux autres contextes, les stagiaires participent à des tâches liées à la gestion d’une épicerie, telles que la préparation des repas et l’organisation des étagères.

Lire Aussi :  PC fixe gamer : Ce monstre avec une RTX 4090 est déjà en promotion !

Le projet d’activité de recherche du CISA vise à identifier les conditions favorisant l’insertion sociale et professionnelle des jeunes avec TSA dans le secteur agroalimentaire. Pourquoi la Division Agroalimentaire ? Plusieurs initiatives d’ici et d’ailleurs démontrent que ces milieux de travail et les tâches qui y sont associées contribuent au développement d’habiletés et de compétences qui contribuent à l’employabilité à court et moyen terme des personnes avec TSA.

“Nous croyons qu’en sensibilisant les employeurs, en adaptant l’environnement de travail aux besoins des stagiaires et en offrant un accompagnement personnalisé, nous pouvons assurer une expérience riche tant pour le milieu de stage que pour les jeunes. Nous avons tout pour contribuer positivement et durablement aux activités de nos organismes et organisations », affirme Geneviève Blais, éducatrice spécialisée, enseignante et chercheuse au CISA.

Lire Aussi :  Parcoursup : les IUT, pas le débouché principal de tous les bacheliers techno - Parcoursup 2022 - Inscriptions dans le supérieur

“Ce projet est prometteur pour plusieurs raisons. Il contribuera à l’épanouissement et à l’avancement des jeunes avec TSA en leur offrant des opportunités concrètes de contribuer à la société en tant que travailleurs, et de nombreux intervenants qui seront attirés par cette clientèle.” de collaboration et présente des solutions potentielles pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre », a ajouté Martin Barnard, enseignant en éducation spécialisée et enseignant-chercheur au CISA.

À propos de l’ACSA

Le CISA est l’un des trois Centres universitaires de transfert de technologie du Cégep de Victoriaville, réalisant des projets d’activités de recherche visant à traduire des problèmes importants et complexes en solutions innovantes dans les secteurs agricole et agroalimentaire et j’ai pour mission de le mettre en œuvre de manière expérimentale. Les conclusions de cette recherche ont des implications directes pour la société ainsi que pour les citoyens, et les résultats sont concrets et positifs. C’est grâce à son approche unique de l’innovation sociale que le projet exploite l’intelligence collective pour connecter des personnes de divers domaines par le biais de solutions de co-construction, de recherche, de formation, de transfert de connaissances et d’engagement civique. . éducation.

Lire Aussi :  La taille du marché des services d’application gérés en 2022 devrait augmenter à un TCAC positif

Ce projet est financé en partie par le Conseil de recherches en sciences humaines et Santé publique Canada.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button