Premier abandon pour Marini en 40 courses !

S’il s’est fait discret depuis son arrivée en MotoGP, Luca Marini progresse encore et a monté en puissance dans plusieurs Grands Prix. En 12 courses depuis le GP de France, où il a terminé dans le top 10 pour la première fois cette saison, l’Italien a terminé à chaque fois, sauf à Assen (17e), Silverstone (12e) et Buriram, où il a franchi la ligne d’arrivée. . il est à la 23e place après le crash.

Bien que quelque peu éclipsé par la performance de son coéquipier Marco Bezzecchi, qui a signé un podium et trois tops 5, en plus de la pole position, Marini est toujours devant lui au championnat grâce à sa grande régularité. Le n°10 a en effet très peu plu, et son erreur en Thaïlande ne l’a pas empêché de repartir et de voir le drapeau à damier, prolongeant un peu plus sa séquence.

Cependant, cela a pris fin au GP de Malaisie, et après 40 courses, il a été contraint d’abandonner à la fin du premier tour car son système de dispositif de perforation était bloqué.

Lire Aussi :  Perez, Rozner, Pavon et... Langasque pour l'instant qualifiés pour Dubaï

“Tout s’est passé comme d’habitude, je ne le sentais pas maintenant non plus [au départ]”il expliqua. “Il s’est coincé. Peut-être qu’un petit quelque chose de la terre, des pneus ou du sol dans la ligne droite avant qu’il n’entre dans le premier virage a bloqué quelque chose, je ne sais pas, mais il était impossible de récupérer la fourche.”

“Dans le premier virage, je ne l’ai pas senti parce que tout le monde était très lent, mais dans le virage 3 je l’ai fait parce que vous entrez très vite et j’ai senti la fourche coincée. J’ai su très vite que c’était le problème, alors j’ai essayé d’éviter contact ou quelque chose comme ça pour se rendre à la voie des stands.”

Luca Marini

Lire Aussi :  Pour lutter contre la fraude au CPF, le site Mon compte formation adopte FranceConnect+

Luca Marini

Il faut remonter au Grand Prix d’Aragon 2020, alors qu’il courait encore en Moto2, pour trouver l’abandon définitif de Marini, véritable métronome de la course. Même si Sepang n’était pas son truc et qu’il sentait qu’il pouvait refaire un bon résultat en partant de la sixième place, il prenait les choses avec plus de philosophie.

“Nous avons beaucoup d’outils sur la moto et cela fait partie du jeu. Marco avait un rythme plus solide que moi aujourd’hui et tout le week-end, donc je pense que j’aurais pu me battre pour la cinquième place. Regardez Miller, il était dernier ou presque dans le premier tour et beaucoup sont revenus. Je pense que c’était cinquième ou sixième dans notre ligne. Nous retournons, comme je l’ai dit, cela fait partie du jeu. La technologie d’aujourd’hui est incroyable sur nos vélos, donc cela peut arriver.

Ce n’est pas la première fois qu’un pilote rencontre un problème avec le dispositif de perforation cette saison, et beaucoup ont publiquement désapprouvé son utilisation. Le point de vue du représentant de VR46, qui sait pourtant que son avis n’a pas de poids.

Lire Aussi :  Tiger Woods : « J'ai toujours autant de mal à marcher »

“J’aimerais que quelque chose rende plus difficile la conduite et le retrait de ces choses parce qu’elles ne sont pas nécessaires. Je pense que le spectacle n’est pas meilleur avec eux, mais cela fait partie du développement et de la technologie. Chaque année de plus. Je pense que vous peut avoir de bonnes courses sans eux, mais ce n’est pas [moi qui décide]. Si c’est ce que veulent les constructeurs, et Dorna aussi, alors il est difficile de prendre position.”

Lire la suite:

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button