Pour Alberto Giacometti, un grand musée de 6 000 mètres carrés au centre de Paris

L'aérogare d'Air France sur l'esplanade des Invalides à Paris (ici en septembre 2021) accueille le Musée-École de la Fondation Giacometti.

Cet article est à écouter sur l’application “La Matinale du Monde”.

La nouvelle, retardée de plus d’un an, est enfin annoncée au public : Alberto Giacometti (1901-1966) aura son propre grand musée au centre de Paris. L’ouverture était annoncée pour 2026. L’artiste suisse possédait déjà un musée, l’Institut Giacometti, créé en 2018 dans la 14e année.e District de Paris par la Fondation Alberto et Annette Jacometti. Il possède une collection immense : 95 peintures, 260 bronzes, 550 plâtres, des milliers de dessins et gravures, autant d’archives importantes et une grande partie de la bibliothèque de l’artiste. Mais, plus précisément, pour les montrer, les 350 mètres carrés situés rue Victor-Schëlcher dans un palais privé de style Art déco à Montparnasse se sont avérés exigus en raison du succès des expositions organisées par la Fondation à Paris. presque partout dans le monde et la réputation de l’artiste ne cesse de croître.

Lire Aussi :  TPMP: Loana va bientôt se retrouver à la rue avec sa maman ?

Kathryn Grenier, directrice de l’institut depuis 2014, s’est rendu compte très tôt qu’il lui fallait un nouveau lieu plus spacieux. Il couvre les 6 000 mètres carrés de la première gare, devenue le terminal Air France à l’angle de l’Esplanade des Invalides et du Quai d’Orsay.

Dans un premier temps, un autre emplacement a été choisi, plus proche de l’établissement actuel : l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul au 14.e arrondissement, et son activité médicale a été suspendue en 2012. La fondation s’est alors associée à un promoteur immobilier pour participer à un appel d’offres ouvert. Cependant, fin 2019, le projet n’a pas été retenu.

Lire Aussi :  Black Panther 2 est-il le meilleur film de la semaine ? - Actus Ciné

“Nous ne pouvions pas rester dans cette malchance car c’était l’erreur du promoteur dont la proposition ne répondait pas aux exigences du concours, – dit Catherine Grenier. Les autorités de la ville, qui ont aimé notre projet, ont regretté cet échec et nous ont proposé de nous aider à trouver un logement à Paris. » Il n’a pas été difficile pour l’organisation de trouver où se relocaliser, y compris hors de France. “Nous n’y avons pas pensé, mais d’autres y ont beaucoup réfléchi pour nous. – ajoute Catherine Grenier. Ce n’était pas notre intention. Annette Giacometti souhaitait que la collection reste à Paris. Mais si nous ne trouvions pas de place, resterions-nous indéfiniment ? Ce n’est pas clair. »

“Vraiment grand espace, magnifique”

Ce fiasco a également convaincu les dirigeants de changer de modèle économique. « À Saint-Vincent-de-Paul, nous dépendions d’un promoteur immobilier qui construisait des appartements et les vendait, ce qui finançait une grande partie de nos travaux. Nous ne voulions plus entrer dans ce modèle. » Commence alors la recherche d’un sponsor. Il s’agira de Xavier Niel (actionnaire individuel Le monde). À la demande de Catherine Grenier, elle a répondu : « Je peux vous offrir une place. Je suis engagé dans une opération de requalification d’espace et nous n’avons pas encore de projet culturel précis. » C’est pourquoi cet endroit est l’ancien terminal d’Air France. Le financier conduira l’opération en coopération avec les groupes Emerige et Nexity.

Lire Aussi :  Quinté PMU - Pronostic du PRIX DU PAYS DE BRAY 6 nov. 2022

Il vous reste 53,41% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button