Paris : une femme violée à l’hôpital Cochin par un clandestin sous OQTF

Une femme de 34 ans a porté plainte mercredi après avoir été agressée dans un hôpital de Cochin (Paris 14) fin octobre. Le suspect est un immigré clandestin qui s’identifie comme jordanien et qui a été ciblé par deux OQTF.

Un acte terrible. Une femme de 34 ans a porté plainte mercredi 23 novembre et affirmé avoir été agressée dans la nuit du 27 au 28 octobre à l’hôpital Cochin Paris (14e). Lorsqu’elle a été admise aux urgences après une lésion cérébrale traumatique et a été placée dans une cabine individuelle en attente de traitement, elle s’est soudainement réveillée de son état “vapeur” et a ressenti une douleur atroce.

Suite aux informations de Paris et de RMC, CNEWS a confirmé qu’un homme est entré dans la boîte et l’a agressée. Le cri de la victime et l’intervention de l’infirmière ont effrayé l’agresseur. Ce dernier, qui a volé la carte bancaire de ce trentenaire en passant, a néanmoins réussi à sortir de l’hôpital.

Rapidement alertés et munis d’un signalement du suspect par l’infirmière, les policiers ont pu localiser et arrêter le suspect une heure plus tard, vers 5 heures du matin. Il venait de faire ses courses avec la carte de crédit de sa victime.

Lire Aussi :  une proposition de loi très favorable aux propriétaires controversée

Deux OQTF, la dernière en juillet

Selon des témoins, il a vu la jeune femme alors qu’elle était malade dans un bar puis a simulé son propre coma alcoolique pour qu’elle puisse être emmenée dans le même hôpital de Cochin. Puis il a montré qu’il ne pouvait pas être placé dans une pièce, d’où il est sorti et a trouvé la boîte de sa victime et l’a violée. La relation, capturée par des images de vidéosurveillance, oriente les enquêteurs vers l’action envisagée.

En garde à vue, cette personne a nié les accusations de viol. Déjà connu des services de police sous 13 identités différentes, il aurait 22 ans et déjà soupçonné de viol sur mineur, en 2020 l’affaire avait été classée sans suite. Il s’est identifié comme Jordan sans papiers. Il venait en France en 2019. Deux OQTF (obligation de quitter le territoire français) ont été délivrées à son encontre, la dernière datant de juillet dernier. Chacun d’eux a été conçu pour des personnalités différentes.

Selon CNEWS, une plainte a été déposée au nom de la victime contre X pour “mise en danger de la vie d’autrui”. Cela inclut des tests “si des échecs sont constatés par l’hôpital ou le personnel”, a déclaré son avocat.

Après l’enquête préliminaire, qui a débuté le 28 octobre, l’information judiciaire également deux jours plus tard, le 30 octobre, l’affaire de viol par personne sous l’emprise de stupéfiants, vol et escroquerie a pu confirmer CNEWS de source judiciaire. Dans ce contexte, un individu de 22 ans a été inculpé et placé en garde à vue.

L’hôpital dénonce le manque de moyens

De leur côté, les personnels hospitaliers interrogés par CNEWS évoquent les témoignages de la soirée “d’une nuit très agitée avec un grand nombre de patients admis”.

Les inquiets dénoncent le manque de personnel, qui selon eux aurait pu jouer dans le drame par manque de vigilance. À leur tour, la direction de l’AP-HP, les hôpitaux de Paris, a confirmé l’attaque, mais a déclaré ne pas vouloir commenter l’affaire en cours.

Il reste des preuves qu’à l’intérieur de l’hôpital de Cochin, de nombreux membres du personnel interrogés par CNEWS jeudi matin disent ne pas avoir été mis au courant de l’affaire, certains indiquant qu’ils en ont été mis au courant par les médias. Le représentant du personnel a même assuré que la direction de l’hôpital veut “réduire” ce travail. Mais il est impossible de prouver les affirmations à ce stade. L’avocat de la victime a, à son tour, indiqué que selon ses informations, son client n’a reçu aucun appel téléphonique de la direction de l’établissement pour s’enquérir de son état.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button