Olivier Meier, Université Paris Est – Les sociétés à mission : responsabilité citoyenne ou opportunisme hypocrite ? – Stratégies & Management

La labellisation « entreprise à mission » édictée par la loi Pacte du 22 mai 2019 permet aux entreprises qui le souhaitent d’adopter une « raison d’être », qui intègre la prise en compte des impacts sociaux, sociaux et environnementaux de leurs aspects. Activités

D’un point de vue pratique, l’arrivée de la société de mission traduit un changement de statut, avec le passage d’une logique d’action marquée par une grande liberté d’action à un besoin de légitimation, où l’entreprise doit démontrer le bien-fondé de ses actions dans termes d’impacts sociaux et environnementaux. Cette mesure est ici hautement symbolique. Rappelons que si le système économique assure aux entreprises une certaine autonomie basée sur la confiance (avec le droit de profiter librement), l’entreprise doit aussi reconnaître sa dépendance vis-à-vis de la société par la possibilité d’être évaluée et interpellée, si son comportement remet en cause certains questions environnementales, sociales ou sociales. Car en cas d’interrogation, l’entreprise risquerait d’assumer des frais d’image, de confiance de la part de ses salariés, des consommateurs et des citoyens en général.

Lire Aussi :  Gard rhodanien : l’entreprise laudunoise Fouré-Lagadec fait découvrir l’industrie aux collégiens

A y regarder de plus près, la société à mission présente 7 Principaux avantages pour la compagnie

– Donner du sens au projet d’entreprise
– Fédérer et motiver les collaborateurs dans la recherche de sens
– Reconnaître la nécessité d’une répartition plus équitable des risques et des responsabilités
– Réinventer un modèle de développement qui concilie performance économique, performance sociale et performance sociétale
– Reconfigurer les interactions Entreprise/Entreprise en proposant un projet commun aux actionnaires, salariés et partenaires
– Prouver votre engagement et votre mobilisation pour les enjeux sociaux et environnementaux
– Augmenter la visibilité et la légitimité de l’entreprise vis-à-vis des tiers

Lire Aussi :  Noël: 5 cadeaux d’entreprise à offrir à ses collaborateurs ou clients

Sur un plan plus stratégique, l’entreprise à mission permet également de récupérer l’image de marque de l’entreprise, valorisant le fait qu’elle contribue à l’intérêt général, soucieuse des enjeux sociaux. Enfin, il contribue à renforcer l’attractivité de l’entreprise et sa marque corporate, notamment dans la recherche de nouveaux talents.

Mais ce choix n’est pas sans risques et il faut ici veiller à ce que l’inscription de la mission dans les statuts de la société ne soit pas :

– Un simple « argument marketing », car ce choix n’est pas sans inconvénients et peut conduire à la demande de retrait de la qualification « entreprise à mission » avec ses conséquences en termes d’image et de notoriété.
– Un effet de mode, avec le risque que l’opportunisme l’emporte sur les convictions
– Ou pire encore, une forme d’hypocrisie organisationnelle, quand tout est soigneusement mis en scène pour exprimer des intentions qui collent mal avec la réalité des actions menées sur le terrain.
Car dans ce cas, cette nouvelle étiquette risque de provoquer les effets inverses de ceux attendus avec une crise de confiance, en renforçant la technostructure et en institutionnalisant l’opportunisme, la duplicité et le manque d’intégrité dans les affaires.

Lire Aussi :  Handifeel’s accompagne les entreprises sur la question du handicap

Attention donc à bien mesurer l’intérêt mais aussi les obligations imposées par cette nouvelle qualification.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button