« L’urgence, c’est l’alternance », déclare Jordan Bardella, nouveau président du Rassemblement national, aux militants

Marine Le Pen accueille le nouveau président du Rassemblement national, Jordan Bardella, à la Mutualité à Paris, samedi 5 novembre 2022.

Sans surprise, Jordan Bardella a rejoint la présidence du Rassemblement national (RN) samedi 5 novembre en annonçant sa démission à la tête de Marine Le Pen lors du congrès du parti à Paris. L’eurodéputée, qui assure l’intérim de la présidence du RN depuis un an, a recueilli 84,84 % des suffrages lors du vote qui s’est déroulé ce matin. Jordan Bardella s’est opposé au maire de Perpignan Louis Aliot (15,16 %) lors de ce scrutin, revendiqué par 40 000 militants du parti de droite.

Favori des élections, il est le premier “non Le Pen” à diriger l’ancien Front National, fondé en 1972 par Jean-Marie Le Pen. “18 Le congrès FN/R porte les plus grands espoirs pour notre pays, tant qu’il en aura le temps. Gloire à la Jordanie, pensées nationales pour la Marine »Ce dernier a réagi sur Twitter.

Jordan Bardella a déclaré aux militants réunis à la Maison de la Mutualité (à Paris). « mesurer le poids de cette nomination avec gravité et humilité ». “Je pense à deux femmes sans qui je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui.ajoutée: surtout ma mère, qui m’a élevé à Drancy, à Saint-Saint-Denis, dans des difficultés financières, (…) et la deuxième personne est, vous l’aurez deviné, Marine Le Pen. (…) Je tiens à lui exprimer toute ma gratitude et ma fierté. »

Le nouveau président du RN a également remercié les organisateurs du scrutin, puis son adversaire, qui leur a proposé le premier vice-président du parti. “pour avoir mené cette campagne, qui s’est déroulée dans un esprit de fraternité.”. Au final, il lance un appel aux électeurs de Louis Aliot et confirme“ils ont une place dans la prochaine aventure”.

A lire aussi : Cet article est réservé à nos clients Après la sélection de Jordan Bardella, l’odeur du “pur” au Rassemblement national
Lire Aussi :  Coupe du monde 2022 I Avant France - Australie : 2018, valeur refuge

Jordan Bardella a évoqué les grands axes du programme RN, dont la lutte contre l’immigration. “Les Français sont contraints d’obéir à la politique d’immigration, qui[il] n’a pas choisidéclaré. La France ne doit pas être l’hôtel du monde. » Faisant référence aux prochaines élections, il a ajouté : “L’urgence est de changer. C’est notre objectif et c’est notre mission. »

Stratégie de commercialisation

Ce changement à la tête du parti devrait permettre à Marine Le Pen de rester concentrée sur l’Assemblée nationale et ses ambitions élyséennes. L’eurodéputé de 27 ans a annoncé à plusieurs reprises son intention de soutenir la nouvelle candidature de Marine Le Pen à l’élection présidentielle de 2027.

Le RN est apparu en tête alors que ses députés, dont Marine Le Pen, étaient les seuls à siéger vendredi lors du vote en demi-cycle pour la destitution provisoire de Grégoire de Furnas. , qui a été élu de Gironde, après une vague de colère provoquée par ses propos racistes.

La stratégie de fragmentation du parti promise par Iordan Bardella ébranle, notamment parce que le député sanctionné a régulièrement affiché son soutien à son candidat.

A lire aussi : Cet article est réservé à nos clients A l’Assemblée nationale, les sanctions contre le député RN Grégoire de Fourna fragilisent la stratégie de stabilisation du groupe de droite.

Proche de Marine Le Pen

Pourtant, au départ, le week-end devait être l’occasion d’organiser une transition en douceur dans un parti à l’histoire mouvementée. De fait, le résultat du vote des adhérents, révélé samedi matin à la Mutualité à Paris, a mis fin à un faux doute : après trois mois de campagne électorale, personne n’imaginait que le président par intérim pourrait échouer contre ce. Son rival est le maire de Perpignan, Louis Aliot.

Lire Aussi :  Le raï algérien entre au patrimoine immatériel de l’humanité
Le nouveau président du Rassemblement national, Jordan Bardella, à la Mutualité à Paris, samedi 5 novembre 2022.

Ce transfert à Jordan Bardella devrait permettre à Marine Le Pen de s’affranchir des tâches internes parfois ingrates, alors que l’épicentre du RN se trouve désormais à l’Assemblée nationale, où le député du Pas de Calais rejoint le groupe des 89 élus et renforce son base politique et médiatique plus que jamais. “Aujourd’hui, je quitte le fauteuil du président du Rassemblement national avec émotion. Félicitations à notre nouveau président, Jordan Bardella, à qui je passe le flambeau aujourd’hui.”, a dit Marine Le Pen.

Il peut s’affranchir de la direction du RN, notamment de la difficile équation financière, qui fera la quatrième candidature présidentielle, dont personne dans le parti n’ose douter.

Jordan Bardella doit désormais trouver sa place, alors que le parti réserve souvent un sort cruel à son numéro deux – “Le destin du Dauphin tombe parfois à terre”, résumait, en son temps, Jean-Marie Le Pen. Il devait connaître une ascension fulgurante qui a commencé en 2019 lorsqu’il était arrivé en tête de la liste RN aux élections européennes, avant de remporter l’an dernier l’intérim de la présidence du parti.

A lire aussi : Cet article est réservé à nos clients Votez pour la présidence RN : Jordan Bardella, le “marié idéal” qui “sème la terreur”

Un responsable du RN dénonce “l’indolence” du parti.

La sélection de Jordan Bardella n’était pas du goût de tout le monde. Le maire d’Hénin-Beaumont, Steve Briois, personnalité RN et soutien de Louis Aliot, a condamné l’attentat. “court” qui a été expulsé du parti après avoir fait partie du nouvel organe exécutif dirigé par Jordan Bardella. Dans un communiqué, il a déclaré :

Lire Aussi :  en Bretagne, les portions servies par le Crous jugées insuffisantes

“Alors que depuis de nombreux mois je tire la sonnette d’alarme sur la possibilité d’une ‘re-radicalisation’, je ne peux voir mon expulsion que comme une punition pour sensibiliser à un phénomène que les preuves étayent, comme les cercles de pied des fondamentalistes individuels, jusqu’à ce que acceptant les positions de la droite, contrairement à mon avis, « ni droite ni gauche », qui a dominé le Front national pendant des décennies.

Après son élection samedi à la tête du parti, Jordan Bardella a mis en place un nouveau bureau exécutif dominé par ses proches, même s’il a proposé à son rival Louis Aliot la vice-présidence du parti. Ne pouvant être nommé au puissant bureau exécutif, il a annoncé qu’il ne siégerait pas, comme l’avait suggéré M. Bardella, au bureau national – un poste avec beaucoup moins de pouvoir -. “ce qui n’était qu’un prétexte pour ne pas admettre que cela ressemble plus à un début d’épuration qu’à ceux qui défendent la ligne sociale”il attaque.

“Je ne peux voir cela que comme un coup monté et j’espère que le RN ne cédera pas au “deal nationaliste”, cette stratégie d’unification de la droite radicale qui a échoué à la présidentielle, pas tous les patriotes de droite comme de gauche “, il continue. Jordan Bardella, qui a juré “loyauté” et il “loyauté” à Marine Le Pen, critiquée par ses détracteurs pour s’y être identifiée “personnel” ou fait preuve de trop d’indulgence envers ceux qui sont allés à Eric Zemmur.

“Certains excès me donnent encore raison”dit M. Briois, qui “Il est regrettable que des années de folie dans le seul but de plaire à une minorité électorale soient réduites à néant au risque d’une marginalisation supplémentaire du RN”.

Le Monde avec AFP et Reuters



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button