Lot : un Cadurcien au pôle espoir volley-ball de Bordeaux

la chose importante
Le Cadurcien de quinze ans Jules Bourricaud a récemment rejoint le prometteur centre du volley bordelais. Une discipline qu’il avait découverte il y a seulement un an et qu’il aimait beaucoup.

Il y a quelques mois, Jules Bourricaud n’aurait pas pu imaginer qu’il connaissait un tel morceau. Le natif de Poissy, quinze ans, arrivé à Cahors à un an, est désormais au centre des espoirs de volley bordelais (une première pour un Lotois) et sort d’un stage de dix jours avec les Français. U17. équipe dans une discipline qu’il a découverte il y a seulement un an.
Sportif depuis son plus jeune âge, Jules a longtemps pratiqué la natation, le basket et le triathlon dans la ville de Caduran, jusqu’à l’arrivée du Covid et du premier confinement. Un événement qui sera un véritable tournant dans sa carrière sportive. “Quand le sport a pu reprendre, un ami m’a dit : ‘Je joue au volley à Cahors, tu n’as qu’à venir avec moi’.” En 2021, à l’âge de quatorze ans, Jules commence à jouer au volley-ball, dont elle tombe immédiatement amoureuse.

“J’étais fou de ce sport depuis le début”

« Dès les premiers entraînements, je me souviens de Cadurcien, j’étais fou de ce sport. J’ai dit à mes parents que je voulais jouer au volley-ball, et plus je m’entraînais, plus j’adorais ça. Quand j’ai commencé à jouer, je parlais sans arrêt de volley à un tel niveau que dès que je rentrais chez moi après les cours le soir, je me rendais sur le terrain de basket du stade Desprats pour m’entraîner et travailler sur les paris et les tickets. Le travail d’équipe, les décisions qu’il faut prendre rapidement quand on récupère le ballon… J’aime tout dans ce sport ».
Continuant à progresser, Jules n’a pas perdu de temps de ses quatre-vingt-dix-sept mètres pour rejoindre l’équipe fanion de Cahors Volley dans le championnat Ufolep, avec qui il a disputé la finale (malheureusement perdue). Très contente de sa première saison de volley, malgré le revers du dernier match de l’année, Cadurcien ne savait pas alors qu’elle rejoindrait le Pôle Espoir de Bordeaux quelques mois plus tard. « Pendant les vacances d’été, j’ai assisté à des matchs de beach volley à Cabessut et quelqu’un m’a dit, pourquoi n’essaieriez-vous pas d’aller plus loin dans ce sport ? Peu de temps après, j’ai assisté à un entraînement près de Bordeaux et il y avait Olivier Aubram, qui entraîne le centre de l’espoir bordelais. A la fin de la séance, il a dit que j’avais le potentiel pour intégrer le pôle de l’espoir, et je me suis dit d’y aller.

Lire Aussi :  À VOIR: Nadal passe près d’assommer Auger-Aliassime

“Je sais que j’apprendrai beaucoup ici”

Depuis la rentrée, la jeune volleyeuse de Cadurcy a rejoint le centre de l’espoir à Bordeaux douze mois après avoir repris le sport. « Je suis venu avec le désir de m’améliorer à la fois en volley-ball et en classe. Je sais que j’apprendrai beaucoup ici. Tout est nouveau pour moi et je découvre de nouvelles choses chaque jour. Avec 15-20 heures d’entraînement par semaine, Jules « s’entraîne tous les jours, et le week-end je joue avec les U17 du club de Saint-Jean d’Illac, et parfois j’intègre aussi l’équipe adulte Prénationale. »
Central « dont le travail est de bloquer le filet et d’attaquer. Il faut le mettre au rythme du passeur”, Jules a connu son nouveau bonheur inattendu en octobre. “Début octobre j’ai fait des tests physiques avec le pôle et après ça Olivier Aubram m’a dit qu’il cherchait un centre pour le lieu d’entraînement de l’équipe de France U17 quelques jours plus tard.” Cadurcien a donc participé à l’entraînement de l’équipe de France U17 pendant dix jours. Après trois jours à Lille, le groupe est parti en Belgique pour jouer deux matchs puis en Italie pour deux autres matchs. « J’ai vécu une belle expérience, confie Lotois, qui confie aujourd’hui, « je suis content d’être au centre de l’espoir bordelais. J’aime ce que je vis. Nous suivons le volley et les cours et je progresse dans ces deux domaines. Cahors me manque parfois, ma famille, mes amis, mais je suis très heureuse de vivre cette expérience. “.
Depuis deux ans au Pôle de l’Espoir, Jules ne veut dessiner aucun plan pour la comète pour l’avenir. “Mon objectif est de m’améliorer le plus possible au cours de ces deux années et nous verrons où cela me mènera.”

Lire Aussi :  Qatar 2022 - Yankhoba Diatara, ministre des sports « Le budget de la coupe du monde est mobilisé » !

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button