“L’industrie française face à la crise énergétique ” – Livre blanc

Pendant près de trois ans, les crises se sont succédées. Premièrement, la crise sanitaire, les pénuries de matières premières et les incertitudes sur la situation de l’offre et de la demande qui ont perturbé les chaînes de production mondiales depuis le début de l’année 2020. Bien que l’industrie mondiale soutenue au niveau national ait généralement résisté à cette épreuve, la guerre en Ukraine a enterré les perspectives d’une sortie de crise et d’une reprise de la croissance de l’activité industrielle.

Ce nouveau bouleversement a, entre autres, fait exploser les prix de l’énergie. Que ce soit pour un usage industriel ou personnel, la hausse des prix de l’énergie cet hiver se fera sentir à tous les niveaux.

Lire Aussi :  nos séries de la semaine

La crise des matières premières pour l’industrie, mais surtout la crise des prix de l’énergie, est la dernière goutte. Certains secteurs d’activité, comme la sidérurgie et la fonderie, ont déjà ralenti leur production. Le soutien apporté par l’Etat depuis le début de la crise en Ukraine, notamment depuis la rentrée en septembre, ne permet pas aux industriels de survivre sur le long terme. De plus, les hausses de prix affectent l’ensemble de l’industrie. Par exemple, l’industrie laitière rapporte une augmentation de 20 % des coûts de production, qui est directement liée à l’augmentation des coûts énergétiques.

De ce fait, tout le tissu industriel souffre et l’État réfléchit désormais à ce qu’il envisage en matière de bouclier énergétique pour le protéger. Mais l’état dépend aussi de la situation extrême des marchés, et en particulier du marché de l’énergie. Les prix du gaz, en particulier, varient considérablement et maintiennent l’industrie au milieu. Une situation insupportable pour tout le tissu industriel tricolore.

Lire Aussi :  10 visites insolites géniales pour kiffer le mois de novembre à Paris

A partir de là, il existe deux solutions pour les entreprises. Le premier choisi par la marque Duralex est d’éteindre l’outil de production, le temps de revenir à une situation plus confortable, ou de trouver des solutions si la situation perdure dans le temps.

La deuxième solution serait de développer au plus vite des moyens de production moins énergivores, plus diversifiés énergétiquement… toutes ces évolutions prennent beaucoup de temps. Ironie du sort, cette urgence de vigilance répond aux contraintes du défi climatique. Si la crise climatique et les objectifs de neutralité carbone sont un problème à court et moyen terme pour les entreprises, la crise énergétique que nous traversons menace la survie de certaines industries.

Lire Aussi :  "NRJ Music Awards", fins de "Lego Masters" et "Plus belle la vie"... Les temps forts du 12 au 18 novembre 2022

Alors que la France a lancé un important plan d’investissement censé relancer l’industrie française pour la rendre technologiquement moderne et économiquement compétitive, la hausse des prix du gaz et de l’électricité pèsera largement sur ces ambitions.

Si l’Etat continue d’accompagner les industriels aux performances énergétiques instables dans les mois à venir, la stratégie tricolore d’approvisionnement en gaz et en électricité à un prix stable et abordable jouera un rôle clé.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button