les promesses faites lors de chaque COP sont-elles tenues ?

COP26. COP27. Les COP se suivent et se ressemblent. Il y a des promesses, des engagements, plus ou moins. Cependant, on a de plus en plus l’impression que rien n’a été fait pour lutter contre le réchauffement climatique. Simple impression ou fait avéré, voici quelques réponses.

Il y a 1 an, à peu près le même jour, 26e La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, COP26, a conclu sa réunion des signataires près de Glasgow, en Écosse.De nombreux observateurs, menés par le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, ont apprécié l’engagement “Loin d’être suffisant” pour lutter contre le changement climatique. Des montagnes qui accouchent de souris… Un an plus tard, alors que la COP27 venait de s’ouvrir près de Charm el-Cheikh (Égypte), ces observateurs avaient-ils raison de s’inquiéter ?

Premièrement, nous devons réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de près de 45 % d’ici 2030 pour réussir à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C au-dessus de la moyenne préindustrielle. C est dans les 8 ans. Et nous ne sommes pas sur cette voie. Le rapport 2022 Emissions Reduction Needs and Prospects Gap l’établit à +2,4 d’ici la fin de 2020 si chacun respecte ses engagements actuels – ce que les experts appellent les contributions déterminées au niveau national (NDC).Cela montre que nous serons en route vers le °C. siècle. La déclaration finale de la COP26 appelait à accroître l’ambition d’ici la fin de 2022 à cet égard. Peu de pays l’ont fait. et les émissions de dioxyde de carbone (CO2) continuer à grandir.

Une promesse comme une résolution du Nouvel An ?

Au début de la COP27, nous avons rencontré Françoise Gemenne et en avons discuté. Il est politologue et chercheur spécialisé dans les questions climatiques. Et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, l’un des co-auteurs du 6e rapport du GIEC.et l’auteur de l’écologie n’est pas un consensus Il vient de sortir de l’édition Fayard. il nous l’a confirmé. « Les promesses faites à la COP sont un peu comme les résolutions du Nouvel An : des promesses faites dans l’euphorie du moment, mais oubliées le lendemain.

François Jumenne : “Aujourd’hui, en tant que société, nous devons nous accrocher aux petites victoires”

Lire Aussi :  La jeunesse africaine, une "force essentielle" pour le développement du continent (M. Talbi El Alami)

Parfois, nous devons admettre que nous sommes une mauvaise main salvatrice du destin. « En France, la rénovation énergétique des logements est unanimement considérée comme une priorité absolue. — pour limiter notre consommation d’énergie —Cependant, le gouvernement a refusé d’allouer un budget de 12 milliards d’euros, pourtant fixé par la loi de finances. Parce que nous n’avons pas d’argent maintenant. » La crise énergétique qui a détourné le reste. Reporter à nouveau l’urgence climatique… A plus tard. «Mais à un moment donné, nous devrons nous pencher sur cette question, tout comme nous avons envisagé la crise du COVID-19.

charbon, financement, méthane, forêts

Pour revenir aux engagements concrets pris lors de la COP26, prenons l’engagement de sortie du charbon pris à Glasgow. L’Allemagne parmi les signataires. L’Allemagne s’est engagée à fermer ses centrales au charbon d’ici 2030. Cependant, à peine un an plus tard, elle a annoncé son intention de prolonger l’activité de certaines usines jusqu’au printemps 2024. Nous avons également commencé à démanteler des parcs éoliens. Dans l’ouest du pays, la déjà énorme… laisse un peu plus de place à la mine de lignite de Garzweiler.Plus largement, la demande mondiale de charbon a explosé ces derniers mois. Dès cet été, l’Agence internationale de l’énergie a prédit que la consommation atteindrait des niveaux record cette année.

Lire Aussi :  « on vit dans une société de gaspillage, d’inefficience et de déchets »

A un autre niveau, et sur une échelle de temps un peu différente, les engagements pris en 2009 par les pays historiquement les plus émetteurs de CO2 Il vise à fournir 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour lutter contre le changement climatique. En vertu de l’accord signé à l’époque, par exemple, les États-Unis ont dû payer près de 40 milliards de dollars il y a deux ans. Ils ont payé pour… 8. Heureusement, l’Allemagne, la France et le Japon, par exemple, sont allés au-delà de leur part. Même si c’est surtout sous forme de prêts.

Pendant ce temps, le plan de financement annoncé à la COP26 prévoyait d’atteindre à terme l’objectif annuel de 100 milliards de dollars… à partir de 2023. Des discussions auront lieu lors de la COP27, et nous prévoyons de proposer et concrétiser cet objectif après 2025. continuation…

Autre exemple promis à la COP26 : la réduction du méthane (CHQuatre), un autre puissant gaz à effet de serre, qui augmentera de 30 % d’ici 2030. Les chiffres préliminaires du programme européen Copernicus indiquent de nouvelles augmentations de ces émissions entre 2021 et 2022, mais leurs origines exactes doivent être déterminées. Et l’OMM, l’Organisation météorologique mondiale, rapporte que la concentration de méthane dans l’atmosphère a atteint 262 % de son niveau préindustriel.

Il en est de même pour le volet déforestation qui doit s’arrêter d’ici 2030. Le Brésil est l’un des signataires de cet engagement. Mais au premier semestre 2022, la déforestation en Amazonie a atteint un rythme record. Même si, plus généralement, les taux de déforestation mondiale diminuent… Doucement… entre 2015 et 2020, il restait 10 millions d’hectares par an.

Lire Aussi :  Amazon lance sa Black Friday Week et les promos sont déjà scandaleuses (-65%)

De manière très générale, le rapport, rendu public fin octobre, présente les objectifs fixés à ce jour pour 2030 et l’ambition de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C en dessous des valeurs préindustrielles. Parfois, nous devons multiplier nos objectifs par un facteur de 10 pour éviter une catastrophe climatique. ou plus…

COP27, « COP de mise en œuvre » ?

Alors les COP ne servent-ils qu’à faire de belles promesses ? Malgré tout, ces rendez-vous semblent inévitables. Car les enjeux climatiques sont internationaux. Elle ne peut pas être réglementée dans le cadre du pays. Comme nous l’a dit François Gemenne en début de semaine, “Vous devez aller au-delà de la logique pour faire votre part. Le défi n’est pas seulement de voir ce que nous pouvons faire, mais aussi de voir comment nous pouvons travailler ensemble. ” Le problème est que les promesses semblent remplacer les actions aujourd’hui, et nous devons réussir à inverser la dynamique.»

Il y a un an, le président du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) l’a confirmé. “Nous devons mettre en place les politiques nécessaires pour honorer nos engagements et commencer à les mettre en œuvre dans les mois à venir.”Facilitez cette COP27 aujourd’hui « COP de mise en œuvre »Est-ce que c’est réel?

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button