Les cinéastes nigériens s’engagent dans la quête de la paix – Le Sahel

L’Association des Directeurs de la Photographie du Nigeria (ACN) a organisé hier matin un symposium international sur le thème “Cinéma et Paix”. Ce colloque est une contribution à la culture en général et au cinéma en particulier, destinée à soutenir les efforts des responsables publics et de tous les acteurs sociaux œuvrant sans relâche pour la paix. Les travaux du dialogue ont été inaugurés par le ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat, M. Mohammed Hameed en présence du président de l’Association des producteurs de films nigérians, M. Harauna Niandou, de M. Alex, délégué général du FESPACO. Moussa Sawadogo et Mme Aï Keita, représentante de l’Association des Actrices Africaines. Le séminaire a réuni plusieurs piliers de l’industrie cinématographique nigériane.

A l’entame de ce débat, la ministre de la Culture a, de prime abord, rendu aux pionniers du cinéma nigérian l’honneur qu’ils méritaient. M. Mohammad Hameed a ensuite annoncé que la tenue de ce symposium à Niamey se justifiait pleinement et que le choix du thème était particulièrement pertinent. En effet, a-t-il souligné, à l’heure où le Sahel fait face à des enjeux sécuritaires majeurs, les cinéastes ne peuvent rester en marge des réflexions et des actions qui contribuent à la paix de l’espace.

Lire Aussi :  Amnesty international a pu transmettre ses messages

Au Ministre de la Culture, en s’intéressant à la question de la paix, en amorçant ce projet et en affrontant tous les obstacles pour arriver à ce colloque, les cinéastes nigériens démontrent suffisamment leur responsabilité dans la gestion de la société.

M. Mohammad Hameed a, en effet, souligné que le symposium est pleinement compatible avec la Politique Culturelle Nationale, qui a entre autres objectifs : le renforcement du rôle de la culture dans la promotion de la paix et de la bonne gouvernance, la création d’une conscience nationale qui inspire tout le monde. Unités de population. A cela s’ajoutent la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, la promotion de la recherche et de la formation et enfin le maintien, le renforcement et le développement de la coopération culturelle.

Lire Aussi :  Santé – AKDITAL inaugure l’Hôpital Privé de Tanger et son Centre International d’Oncologie Boughaz

Le ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat a indiqué que les conclusions qui ressortent de ce colloque serviront d’armes dans deux combats communs, à savoir : repositionner la culture comme élément de développement national et sous-régional et imposer le cinéma. Comme le meilleur moyen de prévenir les dangers de la radicalisation.

Lire Aussi :  une fin d’année marquée par un mouvement social inédit

Pour sa part, le président de l’Association des producteurs de films nigérians, M. Harauna Nyandau, s’est réjoui de l’intérêt suscité par le séminaire. Le but de la rencontre, a-t-il souligné, est de faire en sorte que les Nigérians se retrouvent à travers le cinéma et que le cinéma contribue à la promotion de la paix. “Le cinéma est un domaine sur lequel on peut s’appuyer pour retrouver la paix, pour la restaurer au Niger”, a déclaré le président de l’AED. M. Harouna Niandou a ajouté plus tard que “rien ne peut se faire sans la paix et c’est pourquoi nous, cinéastes, allons apporter notre contribution pour soutenir la politique et faire en sorte que la paix règne dans le pays”.

Rahila Tagou(un p)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button