le suspect comptait s’attaquer à d’autres personnalités politiques

Le procureur du district de San Francisco, Brooke Jenkins, lors d'une conférence de presse le 1er novembre 2022 à San Francisco, en Californie.

David DePape a plaidé non coupable mardieuh novembre, dans un palais de justice de San Francisco. L’homme est apparu brièvement vêtu d’une tenue de prisonnier orange avant d’être placé en garde à vue provisoire par le procureur. Il a déclaré aux enquêteurs vouloir s’en prendre à d’autres personnalités politiques, selon la justice américaine.

L’homme de 42 ans a fait irruption dans la maison du couple à San Francisco vendredi matin, où il a attaqué Paul Pelosi. Au cours de son attaque, le suspect a planifié “casser les rotules” Une parlementaire à moins qu’elle ne plaide coupable “mentir” du camp démocrate, selon un dossier du tribunal fédéral.

Lire Aussi :  Trump sort affaibli des élections de mi-mandat - 10/11/2022 à 01:30

Inculpé lundi par le ministère américain de la Justice, il risque déjà jusqu’à cinquante ans de prison pour enlèvement et tentative de meurtre. La procureure, Brooke Jenkins, a annoncé de nouvelles accusations, cette fois au niveau local et non fédéral. Il a déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’il pourrait être condamné à la réclusion à perpétuité. C’était une attaque qui était considérée comme un magistrat “à motivation politique”.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’attaque contre le mari de Nancy Pelosi suscite des inquiétudes pour la sécurité des politiciens aux États-Unis
Lire Aussi :  Amnesty international a pu transmettre ses messages

David DePape s’est vu interdire tout contact avec M.Je suis Pelosi ou son mari, et se trouvent à moins de 135 mètres de leur domicile de San Francisco. Il a été placé en garde à vue.

Un complot de droite

Ces derniers mois, l’homme avait partagé des publications sur les réseaux sociaux affirmant que les élections avaient été truquées ou que les vaccins anti-Covid-19 n’avaient pas fonctionné. Selon la fille d’un de ses anciens associés, il s’était récemment tourné vers des conspirations de droite.

Face à une conférence de presse, son avocat commis d’office, Adam Lipson, a expliqué qu’il souhaitait “Juge [sa] santé mentale”. “Il y a eu beaucoup de spéculations sur la vulnérabilité de M. DePape à la désinformation, et c’est certainement quelque chose que nous allons examiner.”il ajouta.

Lire Aussi :  Syrie. Les familles des « disparu·e·s » méritent des réponses

L’attaque, qui a eu lieu une dizaine de jours avant les élections de mi-mandat, a poussé la désinformation et la violence au rang des enjeux de campagne. Le président américain Joe Biden a averti dans un discours vendredi soir que la désinformation peut influencer les sans méfiance “Pas tout à fait équilibré”.

Un monde avec AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button