le possible retour de Trump sur le réseau et la présidentielle au Brésil comme premiers tests

Capture d'écran tirée d'une vidéo publiée sur le compte Twitter d'Elon Musk le 26 octobre 2022, dans laquelle il tient un évier avec la légende suivante :

“L’oiseau est relâché”, a tweeté Elon Musk. Un jour plus tôt, l’homme le plus riche du monde est devenu, jeudi 27 octobre, le propriétaire de Twitter, a annoncé la presse américaine dans la nuit. Elon Musk a immédiatement licencié le PDG de l’entreprise, Parag Agrawal, qu’il critiquait depuis des mois, le directeur financier Ned Segal et le directeur juridique Vijaya Gadde. Tous trois quittent définitivement l’entreprise.

Le nouveau propriétaire du réseau social a également changé le titre de son compte Twitter, se renommant “Twitter en chef”, tweeter qui signifie « crétin » en anglais. Il a en tout cas racheté une société pour 44 milliards de dollars (44 milliards d’euros), au prix de 54,20 dollars par action, un montant jugé très surpayé par tous les observateurs et par l’intéressé lui-même, avant la chute de la Bourse. des titres numériques depuis mars, notamment ceux financés par la publicité.

Lire Aussi :  Carburants : pourquoi le retour à la normale n'est pas pour demain

M. Musk, 51 ans, tente depuis des mois de revenir sur sa promesse de rachat, affirmant notamment que la direction de l’entreprise lui avait menti sur le nombre de comptes fictifs ou inactifs. Attaqué en justice par la direction de Twitter, il a fini par changer d’avis début octobre, en raison des risques de défaite judiciaire qu’il encourait, et a respecté son engagement initial. L’acquisition est financée à hauteur de 12 milliards de dollars par des banques partenaires, alors que la Réserve fédérale américaine (Fed, banque centrale) et l’inflation ont marqué la fin de l’argent libre.

Lire Aussi :  Vers la baisse de la note de la France par Standard & Poor's. Poor Bruno le Maire.
Lisez aussi la colonne : Article réservé à nos abonnés « La publicité, actuellement la seule ressource sur Twitter, est un actif éminemment volatil et très sensible »

À compter du vendredi 28 octobre, l’action Twitter quittera définitivement la valorisation à Wall Street, après un parcours très terne depuis son premier jour de cotation en novembre 2013, lorsqu’elle a terminé la séance à 45 $.

Une attitude de plus en plus trumpiste

Dans un article publié jeudi, M. Musk assure très sérieusement qu’il “Il n’a pas acheté Twitter pour l’argent.” « Je l’ai fait pour essayer d’aider l’humanité que j’aime. » Et invoque la défense de la liberté d’expression : “Il est important pour l’avenir de la civilisation d’avoir un forum numérique commun de débat, où une grande diversité d’opinions peut être débattue de manière saine, sans recourir à la violence. »

“En ce moment, il y a un grave danger que les médias sociaux se divisent en chambres d’écho d’extrême droite et d’extrême gauche qui génèrent plus de haine et de division dans notre société”poursuit le natif d’Afrique du Sud, qui accuse alors les grands médias : « Dans la poursuite effrénée du clic, de nombreux médias grand public ont alimenté ces extrêmes polarisés, pensant que c’est ce qui rapporte de l’argent, mais ce faisant, l’opportunité de dialogue est perdue. »

Il vous reste 61,24% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Lire Aussi :  SaleCycle aide les entreprises à transformer leurs visiteurs en clients

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button