la Répression des fraudes relève 15% d’infractions au terme d’une enquête

L’agence anti-fraude a annoncé jeudi avoir mené une enquête nationale auprès d’un millier d’entreprises qui revendiquaient l’origine française de leurs produits et constaté 15% des infractions, dont 14 ont fait l’objet d’un procès-verbal pour “pratiques commerciales trompeuses”. Au terme de cette enquête, menée en 2021 auprès de 1 013 établissements, la DGCCRF a constaté que “87 avertissements, 54 consignes de mise en conformité, 2 procès-verbaux administratifs et 14 procès-verbaux ont été transmis pour pratiques commerciales fautives quant à l’origine du produit”. la déclaration.

Les sites de vente en ligne ont été comptés

Ces tests sur des produits non alimentaires, comme les masques et les gels hydroalcooliques, qui sont vendus en vrac pendant la crise sanitaire, issus de différentes filières : bijoux, lunettes, cosmétiques, textiles, ameublement, montrent la DGCCRF, alors que la 10e édition “”Made in France” sera projeté à Paris jusqu’à lundi.

Lire Aussi :  Liste rouge des espèces menacées en France : inquiétudes autour des récifs réunionnais

Ils incluaient des sites de vente en ligne pour “vérifier les allégations sur leur origine, nationale (“Made in France”) ou locale (“Made in Brittany”…) et des anomalies ont été relevées chez 15% des professionnels examinés, indique la DGCCRF-

Rapports de “pratiques commerciales trompeuses”

Parmi les spécialistes détenus : un vendeur de matelas du marché qui ne pouvait justifier que ses produits ne soient « ni conçus ni fabriqués en France », alors que flyers et panneaux d’affichage mentionnaient « fabrication/conception française » ou « européen ». un signalement transmis au Parquet pour “pratiques commerciales trompeuses”.

Lire Aussi :  Jordan Bardella exprime sa "reconnaissance" envers Marine Le Pen, lors de son premier discours de président du RN

Il en va de même pour une entreprise de cosmétiques – que la DGCCRF ne divulgue pas – avec une stratégie de communication centrée sur l’origine française de ses produits avec le label “Made in France”, alors qu'”environ les trois quarts des produits de la marque sont fabriqués en Espagne”. « made » et « uniquement des emballages fabriqués en France ».

Enquête basée sur des rapports de consommateurs

Dans le cas du site de vente intermédiaire de la marque de sous-vêtements « se réclamant du label Origine France Garantie (OFG) », bien que ses produits ne figurent pas dans la liste des produits certifiés OFG, « son site a été fermé après contrôle » et elle. il a également été envoyé au bureau du procureur pour “opérations commerciales confuses”. Il a fait l’objet de nombreux signalements de consommateurs, indique la DGCCRF.

Lire Aussi :  Quel temps fera-t-il cet hiver ? Voici les premières indications de Météo France

“Compte tenu de l’intérêt croissant des consommateurs pour les produits français et locaux et de l’accompagnement de la délocalisation industrielle vers la France”, la Direction de la répression des fraudes continue de contrôler l’origine des produits, a-t-il indiqué, rappelant que les consommateurs se méfient des produits authentiques. L’origine du produit peut être signalée sur le site de SignalConso.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button