La Maurienne va vous surprendre. Les transports Jacquemmoz à Modane

En 1955, Georges Jacquemmoz, habitant du Praz, fonde l’entreprise familiale de transport. Il veut conduire des trains, mais échoue à l’examen et se tourne vers le transport routier, sur les conseils de son oncle Émile De Martin, qui ne se sépare jamais de sa fameuse pipe, et de sa femme. A bord de son camion, il travaille notamment pour Pechiney.

Le symbole de la société Jacquemmoz sera la flèche qui traverse une grande partie de la cabine du tracteur. Au début, un seul véhicule circule sur les routes. “Aujourd’hui, la flotte est constituée de 280 camions”, révèle Philippe Jacquemmoz, fils de Georges et président de l’entreprise, qu’il a rejoint en 1980.

Lire Aussi :  « Ecorama. Les prix du pétrole baissent... Baisse durable ? ». L’édito de Charles SANNAT

A sa création, il fallait traverser le col du Mont-Cenis pour se rendre en Italie. Le tunnel du Mont-Blanc est inauguré en 1965, puis le tunnel du Fréjus en 1981 : « C’était quand même plus facile ». Mais en 1987, plusieurs véhicules lourds ont souffert de la crue du ruisseau Saint-Antoine. “On a pu récupérer”, poursuit Philippe Jacquemmoz.

L’entreprise repart et se développe en rachetant les Transports Damès à Saint-Julien-Montdenis en 1991, puis Milleret à Saint-Rémy-de-Maurienne en 1996. Aujourd’hui, les Transports Jacquemmoz comptent cinq agences : Modane (société mère), Saint-Rémy -de-Maurienne, Montmélian, Lyon et Courtenay (Loiret), pour 340 salariés. Ses camions parcourent chaque année 33 millions de kilomètres en France, en Italie et dans le nord de l’Espagne. Dans les remorques, en particulier la nourriture et les pièces mécaniques.

Lire Aussi :  Le destin de Twitter en question après l'ultimatum d'Elon Musk

Cette belle entreprise est avant tout une affaire de famille. Stéphane Jacquemmoz, l’autre fils de Georges, a rejoint l’entreprise en 1985. D’abord chauffeur, il en est aujourd’hui le directeur général. Sa femme Corinne et Antonella, celle de Philippe, son beau-frère Michel Darrier et son fils Geoffrey, la tante Chantal Bozon, Franck et Vincent, les fils de Philippe, et Antoine, celui de Stéphane, font partie de l’aventure. « Trois générations ont toujours fait vivre l’entreprise », disent Philippe et Stéphane d’une seule voix.

“Les premiers utilisateurs du transport en traîneau entre la France et l’Italie”

Dans les différentes agences, ils se partagent les tâches. “Nous nous sentons tous responsables, nous ne vivons pas dans le passé, nous devons évoluer pour l’avenir”, insistent-ils. L’avenir est justement l’éclair de Stéphane : « Nous nous soucions de l’environnement et des signataires de la charte de l’Ademe, nous engageant pour la réduction du CO2. Nous sommes les premiers utilisateurs du ferroutage entre la France et l’Italie ».

Lire Aussi :  Les Cris rouvrent la scierie de Waswanipi avec Chantiers Chibougamau

Pendant cinq semaines, Le dauphin relâché vous invite à voter pour les plus belles entreprises de Maurienne. Retrouvez tous les articles, vidéos et votes de l’opération “La Maurienne vous surprendra” en vous rendant sur notre site www.ledauphine.com

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button