la France en quête de bronze face au Canada

Cette réunion est une reconstitution de celle “petit” les finales de 2006 (17-8) à Edmonton et de 2002 (41-7) à Barcelone ont été remportées par les Blues.

On connaît bien le Canada, il y a beaucoup de joueurs qui ont évolué dans le championnat français (à Bordeaux et Pau, ndlr). C’est une équipe cousine.David Ortiz, entraîneur défensif adjoint des Blues.

“Il est très dense avec des attaquants de masse, il prend bien les touches et les balles. Nous savons que ce sera une grande opposition. Et puis il y a toujours le problème. Nous nous préparons pour ce match comme si c’était la finale.”A été lancé.

Après avoir pris deux jours tais-toi pour digérer l’amère, forcément amère déception d’avoir perdu de justesse contre les Black Ferns, les Blues sont revenus à la dispute.

Même si, avoue le capitaine Gaël Hermet, “Honnêtement, (…) c’est difficile et on va être amers longtemps.”

“couteau suisse”

Samedi, le Canada se présente avec une arme fatale, sa jeune capitaine (23 ans) Sophie de Goede, la troisième ligne, qui a l’avantage d’être tireuse d’élite.

Lire Aussi :  l'écologiste Yannick Jadot visé par un tag hostile, la réaction de Sandrine Rousseau critiquée à gauche

“C’est un peu un couteau suisse. Madoussou Fall soulève la deuxième ligne. Il ne reste pas indifférent, il se promène. On le cible un peu, il faut le contrôler car il peut faire beaucoup de dégâts.”

Par la direction des Bleues en tant que “le facteur X” à regarder complètement, ce joueur “Il peut changer toutes les formes de jeu : il peut jouer derrière le 10 et entrer avec les attaquants… C’est un peu l’électron libre de leur système de jeu”explique la troisième ligne Charlotte Escudero.

(Re)lire : Coupe du monde de rugby féminin : directives, calendrier et résultats

Lire Aussi :  nucléaire, éolien, solaire, à quoi tournera la France de demain ? Le débat public s’ouvre

L’entraîneur franco-canadien Kevin Roux, qui dirige une équipe entièrement amateur, explique à l’AFP à quel point De Goed est précieux : “C’est moi qui l’ai promu capitaine parce que c’est un joueur en devenir.”

“Nous avons un système qui est conçu spécifiquement pour le mettre en valeur et il a un rôle dans notre structure qui est très libre, ce qui lui permet de rechercher toutes les faiblesses de l’adversaire, et en plus, il joue à pied.”

“Le jeu va être compliqué”

“C’est une fille avec une palette complète et elle aime beaucoup apprendre : elle regarde le rugby tout le temps”conclut-il.

Avec le Canada, dont la meilleure performance à la Coupe du monde 2014 est survenue après sa défaite pour la médaille d’argent face à l’Angleterre (21-9), l’entraîneur des Bleus Thomas Darrack a choisi son équipe standard avec un seul changement, l’arrière droit d’Assia. Khalfaui a remplacé Clara Joyo.

Lire Aussi :  à Lourdes, les évêques s’interpellent et se mettent au travail

“Le match va être très difficile parce qu’on sait que l’équipe canadienne (…) est une équipe qui va être difficile à manœuvrer”il explique.

Ainsi, la présence sur le banc de l’expérimenté Jesse Tremoulier (72 sélections), qui peut jouer aussi bien à 10 qu’à 15, et son jeu à la batte durant le match, surtout sous la pluie, seront inestimables.

En tout cas, ne serait-ce que pour celles qui mettront fin ultérieurement à leur carrière internationale (Marjorie Mayans, Céline Ferrer et Laure Sansous, ndlr), pour récompenser l’équipe et le staff, “On devrait rentrer à la maison avec une belle médaille de bronze”, conclut l’ailier de Marin Manager. Bien que “c’est pas le plus beau”.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button