« La Foire n’a pas d’équivalent en France »

Voici à quoi ressemble 92E Édition ?

“Bien. Nous avons 30 % d’artistes en plus. Je pense que les choses sont revenues. Si vous regardez notre chiffre d’affaires, nos vrais clients sont les artistes. La contribution de la billetterie n’est que de 8 % de ce chiffre. Et si nous avons de bons artistes, nous avoir des visiteurs et non l’inverse. Dijon est la quatrième foire en France. Pour une foire réussie, le thème est important. Nous avons renoncé au principe d’honorer le pays hôte à 100E Annonçant l’anniversaire en invitant la gastronomie puis dans un esprit d’escalade, après avoir reconnu la gastronomie, nous nous sommes dit : “Intéressons-nous au vin”. Le vin reste l’identité la plus forte de la Bourgogne. »

Qui dit vin dit retour de VineVideo.

“Ce n’est pas attaché au pays d’honneur, mais au concours du Chardonnay et du Pinot Noir. C’est l’idée d’Eric Gottelman, qui en sera le président. Le tout, c’est que ça se passe ici. On a plus de 200 vins échantillons pour ce concours. Le temps fort du salon est le retour de Vindivio Paulie de Dijon, au cours duquel nous remettrons les prix du concours. Offert. Les vins présentés sur ViniDivio sont issus du concours Chardonnay et Pinot Noir. »

“Le pays dont je rêvais depuis longtemps”

L’absence de pays hôte pendant deux ans ne pourrait-elle pas remettre la gastronomie au centre du salon ?

« Absolument. Cela nous a amenés à remettre en question nos fondamentaux. Cela ne veut pas dire que nous ne représenterons pas un pays respectable à l’avenir. »

Vous avez déjà des idées pour la prochaine version.

« Oui, mais il est difficile de dire grand-chose pour le moment car rien n’a été enregistré. Mais c’est le pays dont je rêvais depuis longtemps. »

Ne pensez-vous pas que le pavillon international avec quatre pays cette année n’apportera pas plus d’esprit qu’un invité ?

« Je suis tout à fait d’accord avec ça et je dois avouer que ça a été une surprise pour nous aussi. Et l’année dernière j’ai vu comment les gens se sont précipités vers les pavillons ukrainien et canadien. »

Le retour d’un pays respecté condamne-t-il le pavillon international ?

« Non. Selon moi, il faut créer le dépaysement, éblouir, et cette formule village avec plusieurs pays est très intéressante. »

La scène des chefs a, au fil des années, été l’une des principales attractions du salon, comptez-vous la renforcer davantage ?

« Oui, ce sera encore pire. On a réussi à créer du lien entre les gens entre Fête de la Chasse et du Chevreuil et l’Amicale des Chefs. Et cette année, il y aura une banque alimentaire. »

Lire Aussi :  nucléaire, éolien, solaire, à quoi tournera la France de demain ? Le débat public s’ouvre

“Animer et promouvoir l’activité économique locale”

Après Gregory Cuvelier l’an dernier, vous accueillez cette année Laëtitia Milot. Tout cela contribuera-t-il à donner une nouvelle image à la foire ?

“Nous n’avons jamais cessé de nous adapter. Notre principale préoccupation est d’animer et de promouvoir l’activité économique locale. Lorsque nous organisons des événements comme des foires alimentaires ou d’autres foires, nous connaissons l’impact sur la ville et toutes les personnes avec lesquelles nous travaillons. Ce ne sont que des entreprises locales Nous sommes dans la logique de l’intérêt local. . »

Bernard Loyssou a mis à jour la journée. N’est-ce pas formidable d’être dans une foire ?

“C’est assez extraordinaire. Ce sont des gens très engagés dans le sens de parier sur la Bourgogne. On est en société de réflexion avec eux. Bernard Loyssau disait : “Je suis ouvert à tout le monde”. Et pour moi, ce que j’apprécie au fair est de voir des gens d’origines culturelles et géographiques différentes venir et être ensemble. C’est formidable ! Le salon est un véritable phénomène de société. »

Comment le définissez-vous ?

« (Il pense) La Foire de Dijon n’a pas d’égal en France. Elle a une légitimité qui puise dans ses racines. Chaque année, je me demande si ça marche. Une foire est attendue. »

113 000 visiteurs l’an dernier. Combien attendez-vous cette année ?

« Je pense que nous allons atteindre nos 160 000 visiteurs (chiffre 2019, ndlr). »

Lire Aussi :  La Jeune fille et la nuit sur France 2 : la série a-t-elle vraiment été tournée sur la Côte d'Azur ? - News Séries à la TV

“Notre offre est pertinente et généreuse”

La version précédente avait connu des débuts difficiles avec une fuite dans le toit. Est-ce maintenant un mauvais souvenir ?

« À mon avis, les inconvénients que nous avons connus l’an dernier pourraient réapparaître cette année. Sous l’impact de la sécheresse, la voûte du Hall 1 s’est fendue de plusieurs dizaines de mètres. On peut mettre des patchs mais cela nécessite un traitement différent. zones, façade nord, donc l’accès au public est interdit cette année. »

Le bail de Congrexpo avec le salon gastronomique touche à sa fin. Qu’en est-il de la prochaine ?

“Nous avons déposé notre proposition, qui je pense est une contribution pertinente et généreuse de notre part, pour l’exploitation du risque de perturbation. Car s’il y a des travaux dans cinq ans, c’est très compliqué de fixer le planning des travaux et le calendrier des L’actuel DSP (Député de la Fonction Publique) signifie pour la réponse qui nous sera donnée la veille du 12 décembre. Nous attendons maintenant. C’est la date de la municipalité gouvernante. Il ne laisse pas la possibilité de tourner autour de. “

Le salon aura-t-il lieu l’année prochaine ?

« La foire se prépare un an à l’avance. Ensuite, si ce n’est pas nous, mais qu’il y a un nouvel opérateur en place, nous pouvons avoir une foire au moins , Je suppose. »

Êtes-vous inquiet?

« Je suis inquiet pour Dijon et toutes les personnes avec qui on travaille. Sur le plan personnel, je trouve dramatique d’être le dernier président de l’association. »

Lire Aussi :  Kiev nie toute intention de recourir à une « bombe sale » ; Washington assure que les accusations russes sont « clairement fausses »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button