La Bourse voit dans la forte dégradation de l’activité économique aux Etats-Unis une bonne nouvelle

Publié le 23 novembre 2022 à 17h46Mis à jour le 23 novembre 2022 à 17h54

Nouvelle séance sans relâche à la Bourse de Paris, les investisseurs se limitant à un service minimum en attendant la publication, ce soir à 20 heures, du compte-rendu complet de ce qui s’est dit lors de la dernière réunion de la Fed (celle du début de Novembre). Le Cac 40 a terminé sur une légère hausse de 0,32%, à 6 679,09 points, dans un faible volume d’affaires de 2 700 millions d’euros. Les initiatives étaient d’autant plus limitées que les marchés américains seront fermés demain pour Thanksgiving, et ne rouvriront que vendredi, Black Friday, pour une demi-séance.

Alors que les investisseurs attendent de lire les propos des banquiers centraux dans les minutes de la Fed qui alimentent leurs espoirs que la Fed ralentira le rythme des hausses de taux à partir de décembre (d’autant que l’inflation montre des signes de ralentissement aux États-Unis), un indicateur économique très mauvais pour la pays. Les États-Unis ont alimenté cet espoir. L’activité économique dans la plus grande économie du monde s’est encore détériorée en novembre. Le PMI composite, qui inclut les secteurs manufacturier et des services, est tombé à 46,3 ce mois-ci contre 48,2 en octobre, selon les premiers résultats de l’enquête mensuelle de S&P. Global avec les responsables des achats.

Lire Aussi :  trois questions sur la faillite de la plateforme FTX qui plonge le secteur dans la crise

Plusieurs responsables de la banque centrale ont récemment exprimé leur soutien au ralentissement du rythme des futures hausses de taux, tout en insistant sur le fait que le contrôle de l’inflation reste la priorité.

Lire Aussi :  la Chine va-t-elle déclencher le prochain bullrun ?

Le principal point à retenir de la dernière conférence de presse après la dernière réunion de la Fed est que la banque centrale américaine « est sur le point de mettre fin à la séquence de resserrement de 75 points de base en la ramenant à 50 points de base en décembre, un message bien reçu par le marché dans les semaines suivantes », se souvient Jim Reid de la Deutsche Bank. Sauf que Jerome Powell a également fait savoir que cette option s’accompagnait “d’un type final supérieur […] Nous chercherons toute indication que les autres membres du comité sont d’accord, et si oui, de combien le taux final doit être augmenté pour limiter adéquatement les conditions économiques. »

A Wall Street, l’indice Nasdaq Composite, le plus sensible à la question des taux, a gagné 1%.

Lire Aussi :  la hausse des cas de Covid-19 en Chine devrait retarder la production de l’iPhone 14 Pro

Elior relève son objectif de croissance

Dans la zone euro, le rythme de contraction de l’activité du secteur privé s’est ralenti en novembre, l’indice composite flash PMI de S&P Global (résumé de l’industrie et des services) progressant de 0,5 point à 47,8. Il reste cependant sous le seuil critique des 50 points pour le cinquième mois consécutif.

Dans le SRD, dans l’éventail des entreprises, Elior a bondi de plus de 8 %. Le groupe de restauration collective a affiché une perte de 427 millions d’euros pour son exercice clos fin septembre et dit s’attendre à une croissance organique d’au moins 8% pour 2022-2023, contre moins de 7% auparavant, et à une marge brute excédent d’exploitation (Ebitda) entre 1,5% et 2%.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button