Jean-Paul Oury : « Il est trop tôt pour enterrer le “grétatisme” ! »

Jean-Paul Oury est docteur en histoire des sciences et des techniques, consultant et essayiste.il est l’auteur de Querelle des OGM (PUF, 2006), > manifeste alterlibéral (Mikaron, 2007), OGM Moi aussi (Éditions d’affaires, 2009) et Greta a tué Einstein.La science sacrifiée sur l’autel de l’écologie (Édition VA, 2020). A l’occasion de sa publication finale, Greta a ressuscité Einsteinle deuxième tome de la trilogie, il a accepté de répondre à nos questions.

Mark Boudriller : Greta Thunberg a publié un livre, super livre sur le climat, et revenir à la vue du public. Mais c’est là que réside la crise énergétique. Les militants se disent désormais favorables au maintien des centrales nucléaires allemandes. La nouvelle Greta va-t-elle se soumettre à la science ?

Jean-Paul Woolley. Dans ce nouveau Manifeste de Pythie, qui s’est fait connaître en appelant à la grève des tribunaux (le rejet de la civilisation du savoir), en poursuivant la science, et en appelant à la fermeture de la science, trouver sa voie particulièrement compliquée. Les centrales électriques au charbon allemandes ont déclaré que l’énergie nucléaire ne devrait pas être utilisée… il y a 3 mois, elles accusaient encore la Commission européenne parce qu’elles incluaient l’énergie nucléaire dans leur taxonomie… et il y a 10 jours, elle soutenait les centrales nucléaires allemandes.Puissance par défaut… j’ai écrit un éditorial Le Figaro Comme je le souligne, il faut se réjouir de ce retour à la raison sur le sujet, même s’il ne s’agit pas d’une fixation inconditionnelle sur la technologie.

Ce mouvement représente donc, selon nous, un double changement de paradigme. D’abord et avant tout, il y a le sacrifice de la science par Prometheus et la promotion de la science sur l’autel de l’environnementalisme. fabriqué dans la naturechevaux de Troie décroissance (sur le sujet, Greta a tué Einstein).

Lire Aussi :  Toxicité et Harcèlement : Une étude pointe du doigt les comportements de la communauté Gaming

Et nous voyons le renouveau politique de la science comme une excuse pour que cette idéologie (l’écologie) imprègne pleinement la société et promulgue de nouvelles lois au nom de la science. En clair, on abandonne peu à peu la « science de l’ingénieur » pour la « science du législateur ». Repousser les normes que nous impose la nature et libérer l’humanité ne revient plus à créer de nouvelles normes pour la contrôler.je vais t’expliquer tout ça Greta a ressuscité Einstein.

MB : L’écologie française semble particulièrement détachée de la réalité scientifique, notamment en ce qui concerne la figure de Sandrine Rousseau. Est-ce une singularité hexagonale ? Effet Greta ou est-ce durable ?

J.-PO Je ne sais pas si l’écologie française est déconnectée de la réalité scientifique. Il ne faut pas oublier que nous devons l’écologie à l’Allemagne.conversion de l’énergie Cela place l’Europe dans une position difficile sur les questions de politique énergétique (abandon du nucléaire, non recours aux énergies renouvelables). Je pense qu’il y a une distinction plus générale entre l’environnementalisme, qui est une idéologie politique, et l’écologie, qui est une science.L’amalgame des deux a détourné sémantiquement la notion de nature, permettant à toute une génération de carriéristes de prospérer qui revendiquaient le droit de s’exprimer en ce nom. l’homme et la nature… Sandrine Rousseau a tourné le dos à la science de Prométhée.Marque l’apogée de ce mouvement car il ne se contente pas de tourner, il va plus loin en arguant qu’il tolère et aime l’irrationnel “Les femmes jettent des sorts, pas les hommes qui construisent l’EPR”Quand j’entends ça, l’époque de Madame Curie me manque.

Lire Aussi :  PSG : pour prolonger, Mbapp a sign le plus gros contrat de l'histoire du sport - Football

MB : Quels sont les mécanismes des catastrophes écologiques, comment affectent-elles les jeunes, qui y sont particulièrement sensibles selon les recherches ?

J.-PO Pour saper la science de Prometheus, les militants ont recours à deux méthodes clés. C’est le cas du nucléaire, des biotechnologies vertes, des ondes ou encore de la chimie de synthèse. A chaque fois, des militants mettent en lumière des événements sur des sujets sur lesquels l’opinion publique ne peut porter son propre jugement afin de vérifier la véracité des informations. C’est le cas, par exemple, dans les litiges sur les OGM. Cela a commencé lorsque des militants de Greenpeace ont été enchaînés au port d’Anvers alors que personne en Europe n’avait entendu parler de la technologie….autrement dit, en introduisant la notion de risque zéro dans la polémique, rappelez-vous qu’elle n’existe pas.

Aussi, en général, le “grandisme” est un mouvement qui laisse entendre que les progrès liés à la civilisation nous conduiront à notre chute. Au vu de ce sondage réalisé dans les pays de l’OCDE, il y a lieu de s’inquiéter. 60% des personnes interrogées pensent que le changement climatique pourrait entraîner la fin du monde. Les jeunes sont sans doute plus sensibles, comme en témoigne la montée du phénomène de l’éco-anxiété et même chez les jeunes diplômés des Grandes Ecoles, qui se sont fait un nom en revendiquant leur droit à bifurquer avant l’été.

Lire Aussi :  Hogwarts Legacy : Le jeu Harry Potter a le droit à son propre artbook… Et il est déjà en précommande

MB : Y a-t-il une tentation autoritaire ou un désir de contrainte derrière cette forme d’écologie, quels sont les risques ?

J.-PO c’est a propos de Greta a ressuscité Einstein, notre prochain livre. Comment la science utilisée par les politiques peut être un outil pour imposer une idéologie et planifier son émergence. Nous avons identifié et passé en revue cinq régimes hypothétiques : la classe climatique, la covidocratie, la classe biodiversité, la collapsocratie et la classe algorithmique. Nous montrons comment le politique s’approprie la science en nous appuyant sur cinq typologies de sophismes. Pour ne citer qu’un exemple, prenons l’erreur de prétendre l’existence d’un consensus pour faire taire les contradictoires et établir l’existence de la vérité absolue… c’est une question de politique, pas une question de science.

Les politiciens comprennent que la formule “la science a dit” est le meilleur moyen de faire taire leurs adversaires. Mais le problème, c’est qu’il y a ceux qui veulent l’exploiter pour créer de nouvelles lois et essayer de nous maintenir dans les fers… Il est indéniable que ces problèmes sont bien réels, mais en fait, en laissant tout à la politique, nous sommes abandon de la politique.Scientific Engineers for Legislative Science (qui nous a donné le projet Mesmer et la révolution verte normande borlaugienne) ) (ce qui nous prépare au commerce vert et au F2F avec pour objectif principal d’imposer des mesures sacrificielles et décroissantes) ).

PDF imprimable et e-mailImprimez, enregistrez au format PDF ou envoyez cet article



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button