Homme retranché rue Bordenave d’Abère à Pau : le RAID a débuté son intervention

Le quartier est bouclé et la police est sur place


Le quartier est bouclé et la police est sur place

Éric Normand

Une importante force de la police nationale est stationnée dans la zone avec plusieurs véhicules. La rue est fermée aux deux extrémités, la circulation est déviée vers la rue de Liège pour les voitures venant de Gramont et voulant bifurquer vers le quartier du château.

Les passants, qui veulent passer par là, sont invités à d’autres routes. Les habitants ne peuvent pas regagner leur domicile. Sur les réseaux sociaux, la police incite également les gens à ne pas venir dans le quartier.

D’autant plus que l’homme était peut-être armé et menaçait de faire sauter l’immeuble.

Gaz éteint

Les équipes de GRDF, appelées vers 19h45, coupent le gaz du bâtiment à 20h. Ils sont toujours sur place, tout comme les pompiers. Le directeur de cabinet du préfet Théophile de Lassus et la députée par intérim de la ville de Pau Béatrice Juhando se sont également rendus sur les lieux.

La rue Bordenave d'Abere à Pau a été fermée peu avant 20 heures mardi.


La rue Bordenave d’Abere à Pau a été fermée peu avant 20 heures mardi.

Éric Normand

L’intervention des forces de l’ordre se poursuit. Vers minuit, les pillards, venus de Bordeaux et de Toulouse, pénètrent dans l’immeuble et commencent à négocier avec le fou.

c’est connu du voisin

Aucune information sur les motivations individuelles n’a été filtrée pour le moment. C’est dans l’appartement de son ex-petite amie, au premier étage de l’immeuble situé au numéro 8 de la rue, que cet homme se réfugiait. Il est seul à la maison, son ex-femme n’est pas lui.

Vers minuit, le raid était sur le point d'intervenir


Vers minuit, le raid était sur le point d’intervenir

Nicolas Sabatier

Selon des voisins évacués et que nous avons pu interroger, les disputes étaient fréquentes et violentes. Cet homme était en fait connu des voisins et lorsqu’il s’est présenté à l’entrée de l’immeuble, certains d’entre eux ont refusé de lui ouvrir la porte. Son ex-petite amie leur avait demandé de ne pas s’ouvrir à elle.

La police est également intervenue à plusieurs reprises pour mettre fin aux combats. “Nous étions habitués à ces arguments, mais nous ne pensions pas que cela arriverait à ce niveau”, a déclaré le voisin.

Il y a déjà trois ans

A noter que la rue Bordenau d’Abert a déjà connu un événement similaire. En novembre 2019, dans la même rue et dans le même immeuble, une personne s’était réfugiée dans son appartement pendant plusieurs heures et avait déjà menacé de faire sauter l’immeuble.

L’équipe éditoriale vous conseillera



Source

Lire Aussi :  Ce n’est pas après Macron et Philippe que Buzyn est le plus en colère

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button