Heineken annonce la fermeture de sa brasserie de Schiltigheim, 220 emplois menacés

Une page d’histoire se passe en Alsace. Motivé par une réorganisation de l’outil de production d’Heineken en France, le brasseur a annoncé lundi la fermeture, “d’ici trois ans”, de sa brasserie située à Schiltigheim (Bas-Rhin). Une annonce faite dans un contexte de “part de marché en baisse”, et un plan d’investissement de 100 millions d’euros pour les sites de production de Marseille et de Mons-en-Baroeul (Nord). Cette fermeture menace 220 emplois. “Le dialogue social sera la priorité des mois à venir”, indique le groupe dans un communiqué, qui vise à aboutir à un “accord collectif” autour d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Lire Aussi :  Amazon ne s'installe pas à Fontaine, six entreprises prendront sa place à l'aéroparc

Le collectif justifie l’arrêt de cette activité par les “nombreuses conditions auxquelles le site est soumis”, son isolement en centre-ville qui “empêche toute expansion”, ses “coûts de production excessifs dus à certains équipements obsolètes” et sa “stratégie de diversification industrielle qui n’a pas porté ses fruits ».

100 millions d’euros dans le Nord et à Marseille

Les volumes produits à Schiltigheim seront transférés vers les deux autres centres de production français, à Mons-en-Baroeul et Marseille. Ces deux sites bénéficieront d’un plan d’investissement de 100 millions d’euros destinés, notamment, à leur extension et “l’amélioration des performances environnementales”.

“Ce projet de concentration de notre outil de production dans deux brasseries au lieu des trois actuelles est nécessaire pour assurer notre compétitivité à long terme en France”, a déclaré Pascal Gilet, PDG de Heineken France, cité dans le communiqué. Nous examinerons également attentivement toute offre de reprise du site qui nous est proposée. »

Lire Aussi :  le déficit public un peu moins fort que prévu, à 4,9%

Fischer continuera à produire localement

La bière de la marque Fischer, brassée en Alsace “depuis 1821” et dont l’identité alsacienne est devenue un argument marketing, continuera à être produite localement, dans une “microbrasserie”. Cette annonce de clôture s’inscrit dans un contexte de “baisse des parts de marché” pour Heineken, causée par la “hausse du coût des matières premières et de l’énergie”, l’impact de la crise sanitaire sur le “secteur hôtellerie-restauration-cafés”, et “augmentation de la concurrence”, notamment en raison de l’augmentation du nombre de microbrasseries.

Lire Aussi :  La grande distribution en pleine révolution en Afrique

Heineken, deuxième brasseur mondial derrière AB InBev, avait enregistré un bénéfice net de 3,32 milliards d’euros en 2021, après avoir subi des pertes allant jusqu’à 204 millions d’euros en 2020, une année marquée par la pandémie de coronavirus. Fondée à Amsterdam au XIXe siècle, Heineken produit et vend plus de 300 marques de bière et de cidre, dont Heineken, Strongbow et Amstel, et emploie plus de 85 000 personnes dans le monde.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button