En France, un logement sur cinq est une résidence secondaire ou un logement vacant

Depuis 1982, le nombre de résidences principales en France a augmenté de 53% (Photos : 123RF)

Depuis 1982, le nombre de résidences principales en France a augmenté de 53% (Photos : 123RF)

Selon la dernière enquête logement publiée par l’INSEE, en 2022, un logement sur cinq en France sera une résidence secondaire ou un logement vide. Commentaires.

Selon les données de l’INSEE, au 1er janvier 2022, la France comptait 37,6 millions de logements, soit 12,9 millions de plus qu’en 1982, soit une augmentation moyenne de 1,1 % par an. Cette évolution s’explique par la construction de nouveaux logements et la transformation de bâtiments non résidentiels en logements. De plus, sur 100 maisons d’habitation, 82 sont des maisons principales, 10 des maisons secondaires ou occasionnelles et 8 sont vides.

Résidences principales

Depuis 1982, le nombre de résidences principales en France a augmenté de 53 %, du fait de la croissance démographique (+21 % sur la même période) et de la diminution de la taille des ménages (couples plus tardifs, ruptures de mariage). vieillissement).

Lire Aussi :  Les actions montent et le dollar baisse après les "minutes" de la Fed - 24/11/2022 à 13:28

En 2022, 58 % des ménages seront propriétaires de leur résidence principale, un chiffre stable depuis 2010. La part des propriétaires sans paiement s’est stabilisée à 37 % et celle des primo-accédants à 20 % au cours des quinze dernières années, peut-être en raison de l’allongement de la durée des prêts. La part des ménages qui louent leur résidence principale se maintient à environ 40 % depuis 1990. Les 2% restants des ménages ont un logement gratuit.

Les logements appartenant aux propriétaires publics représentent 17 % du parc de logements principaux, tandis que les logements appartenant aux propriétaires privés représentent 23 %.

En 2022, 16 % des résidences principales seront situées dans l’agglomération parisienne et 20 % dans des communes hors agglomération.

La part des logements privés est stable et représente 54 % des logements. Lorsque la taille de l’unité urbaine à laquelle appartient la commune augmente beaucoup.

Lire Aussi :  « L’urgence, c’est l’alternance », déclare Jordan Bardella, nouveau président du Rassemblement national, aux militants

Maisons vides

Le nombre de logements vacants a fortement augmenté ces dernières années (+2,7 % par an en moyenne entre 2007 et 2022), à un rythme supérieur à l’ensemble du parc de logements (+1,0 % par an en moyenne) en 2007 et 2022) . La vacance peut être due à une inadéquation entre la demande et l’offre en termes de taille, de localisation, de prix ou même de mauvaises conditions de logement. Il peut s’agir d’un bien proposé à la vente ou à la location en attente d’occupation ou d’un contrat immobilier. Une vacance peut aussi résulter d’un passage en EHPAD sans que le logement ne soit proposé à la vente ou à la location.

Lire Aussi :  les profils des interpellés du grand coup de filet

La majorité des logements vacants (60 %) se situe dans des communes hors unité urbaine ou dans une unité urbaine de moins de 100 000 habitants. Le poids relatif des logements vides au sein de l’agglomération parisienne est passé de 17 % à 13 %. À l’inverse, la part des logements vacants dans les unités urbaines de moins de 100 000 habitants est passée de 29 % en 1982 à 35 % en 2022.

Résidences secondaires

Depuis 2010, le nombre de résidences secondaires et de résidences secondaires a augmenté plus rapidement que le parc total. En 2022, 77 % sont situés dans une commune hors unité urbaine ou dans une unité urbaine de moins de 100 000 habitants. Cette part a fortement augmenté dans les unités urbaines de moins de 100 000 habitants (de 31 % à 40 %).

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button