dette massive, nouvelle stratégie… comment le groupe peut rebondir ?

Où est Orpéa ?

Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 9,3% pour atteindre près de 3,5 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année. Cependant, votre performance financière risque d’être affectée par la hausse des coûts de l’énergie due à l’inflation et la hausse des frais de personnel en raison d’un plan de recrutement.

Surtout, Orpea plie sous le poids d’une dette de 9,5 milliards d’euros. Dans ce contexte, les investisseurs attendent ce mardi des solutions pour assurer le bon fonctionnement du groupe et générer du cash de manière récurrente et pérenne.

Et le sac ?

L’action Orpea a perdu 90% de sa valeur depuis le début de l’année et les révélations du livre de recherche “Les Fossoyeurs”.

Lire Aussi :  La Bourse voit dans la forte dégradation de l'activité économique aux Etats-Unis une bonne nouvelle

Il s’agit d’un dossier “extrêmement politique”, souligne Pierre Michaud, gérant de portefeuille chez Monocle. “Orpea assure un service public, l’Etat ne tolérerait pas qu’un acteur extérieur ou un fonds militant prenne le contrôle, il le contrecarrerait en augmentant le capital de la Caisse des dépôts”.

De la même manière, l’Etat interviendrait si la pérennité du groupe était menacée par le poids de sa dette, selon l’analyste.

Comment réduire le poids de la dette ?

Orpea a engagé une procédure de conciliation amiable devant le Tribunal de Commerce de Nanterre pour renégocier sa dette avec ses créanciers. La première réunion aura lieu mardi.

Lire Aussi :  Journées d’immersion au sein de L’École LDLC L’École LDLC Limonest lundi 21 novembre 2022

“Cette procédure aboutit à un accord dans la grande majorité des cas”, a déclaré Michael Cahn, avocat associé de DWF en France. Cependant, “lorsqu’il est utilisé deux fois dans la même année”, comme c’est le cas avec Orpea, “les statistiques ne sont plus aussi favorables”.

La direction d’Orpea souhaite convertir une partie de la dette du groupe en fonds propres et re-lever du cash frais, en dette et en fonds propres.

Quelles options en cas d’échec ?

En cas d’échec d’une procédure amiable, l’entreprise en difficulté peut ouvrir une procédure de sauvegarde. Sinon, vous risquez de faire faillite. Ces procédures vous permettent de geler vos dettes et d’élaborer un plan pour poursuivre vos activités tout en assainissant vos finances.

Lire Aussi :  Transition écologique, l’économie sociale et solidaire en pole position » La lettre économique et politique de PACA

Le plan proposé par l’entreprise doit être validé par les tribunaux. Toutefois, si le tribunal estime qu’elle n’est pas viable, il peut ordonner la liquidation de l’entreprise, synonyme de cessation d’activité et de licenciements.

Orpea est-il protégé contre une telle éventualité parce qu’il fournit un service d’intérêt général ?

“Il y a toujours un enjeu social dans ces procédures. Est-il supérieur au pari économique ? Certains dossiers montrent que ce n’est plus le cas”, observe M. Rengot. Il évoque notamment la liquidation de l’enseigne Camaïeu qui a entraîné le licenciement de 2 100 salariés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button