Classico, ici c’est mauvais / Culture Foot / Cinéma / SOFOOT.com

Après le succès de la série documentaire Orelsan, Amazon lance un film sur le football français. Classique C’est une comédie au casting impressionnant qui se veut une douce parodie du monde des supporters et de la rivalité PSG-OM. Le résultat est incroyable. Comment peut-on produire un film comme celui-ci sur la passion du football en 2022 ?

La première explication : un seul aspect social Classique La vérité est qu’il y a beaucoup d’acteurs et d’actrices Invités (Basile Boli, Pedro Miguel Pauleta, Oxmo Puccino, Soprano, etc.) ont pu recevoir un chèque d’Amazon pour ce film. Pour le reste, le niveau de ce long métrage sur la plateforme (pour une fois, les cinémas tricolores peuvent se réjouir qu’il n’ait pas été diffusé en salles) est révélateur au regard des affrontements récents entre les deux clubs phares de la L1 : la ligne séduisante- promotion et service minimal sur le terrain.

Foire aux clics

Naturellement, on obtient rapidement des informations et des crédits sur les aventures de ce fan marseillais, qui s’infiltre dans les rangs d’ennemis détestés afin de récupérer la fameuse Coupe d’Europe volée. Ahmed Sylla décrit le nouveau Fernandel (en Hercule) est sympathique et simple qui vient dans la capitale moche (en plus, les gens y sont mauvais, c’est cohérent). Imaginez son chagrin : en 2022, plus personne ne servira de pastis dans les bars là-bas (c’est-à-dire ne rester que dans les beaux quartiers…). Les minutes de son arrivée à Paris valent leur pesant de caricature de la ville lumière. Tout le monde fait la grimace et tout le monde est peu attirant. Tout le contraire de Marseille qui est présentée comme la ville parfaite du sourire constant et du confort constant. Inutile de dire que regarder l’ancien joueur de Marseille et du Paris Saint-Germain Pardo détailler ce qu’est Verlan (oui, oui, en 2022) à Ahmed Sylla est loin d’être hilarant, c’est déchirant.

Lire Aussi :  Quiz Christopher Nolan : à quel film appartient ce plan ? - Actus Ciné

En plus du fil rouge, le personnage principal, Sami, doit sauver la maison et les enfants adoptifs dont il s’occupe (“Blues Brothers”, Sans commentaires sur les bandes sonores), menacé par un voisin effrayant et orageux, interprété par Elie Semun (la meilleure performance, c’est un euphémisme). Sans oublier le petit moment PNL où le héros mange sur le toit du Vélodrome. Et, bien sûr, une petite histoire d’amour avec le responsable de la communication du PSG, agrémentée d’une séquence karaoké entraînante. Le briseur de cœur. Enfin, un soulagement, ce ne sont pas les Parisiens qui sont responsables du vol immérité. L’affaire se termine par un fin heureuse où tout le monde tombe amoureux de tout le monde.

Lire Aussi :  Prince Harry : ce que la photo de couverture de ses mémoires laisse lourdement entendre

Une vision biaisée des supporters

Mais le plus ennuyeux, c’est l’attitude envers le football, le monde des fans et des ultras. C’est définitivement une comédie, les caractéristiques et l’individualité des personnages sont forcément mises en avant (en plus, des petits cartouches visuels viennent nous l’expliquer lors de la présentation, au cas où…). Par exemple, PURÉE abordé des sujets sérieux comme la guerre et l’armée sans complètement ignorer la réalité. Après tout, pourquoi pas un Denis Podalydès président paternaliste de l’OM ou l’humoriste anti-céréales Paul Mirabel en adepte de la violence. Du côté des “vraies valeurs” des supporters, il y a plusieurs implications pédagogiques – solidarité, passion, etc. – fortement souligné. Nous nous sommes un peu étouffés en écoutant Oxmo Puccino, qui pouvait articuler un capodastre aussi confiant tout en citant trois BBB du Paris Tribune. « Courage, gentillesse et bonne humeur » . Quiconque a passé du temps à porter les trois bandes dans les gradins aurait dû avoir une pinte à prendre dans cet outrage.

Lire Aussi :  HYDROGENE DE FRANCE - G20, Indonésie : DFC (US International Development Finance Corporation) fournira une assistance technique à HDF Energy pour développer des centrales électriques à hydrogène vert en Indonésie - 25/11/2022 - 08H30

Ultras, Parisiens et Marseille (Aussi bizarre que “Marseille”. , la lâche Alice Belaïdi), avec leurs obsessions et leurs rituels de mise en valeur ou de révélation, méritaient mieux. Consensuel “En fin de compte, nous sommes tous pareils” Ce serait bien si vous pouviez faire une déclaration un peu plus respectueuse concernant les codes et l’histoire de la rivalité entre ces deux villes et clubs. En espérant que les benders et les flics puissent un jour obtenir le film qu’ils méritent, il y a aussi des défauts.

Par Nicholas Xsis-Martov

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button