Ce XV de France a les épaules

Après sa victoire sur l’Australie au Stade de France le week-end dernier, le XV de France s’attendait à un nouveau test encore plus relevé face à l’Afrique du Sud ce samedi au Vélodrome de Marseille. La seule grande nation de la scène mondiale qui n’a pas encore croisé le blues de Fabien Galti. Dès le départ, Hell Promised Jail prend forme, notamment dans des duels et des zones de bataille âprement disputées. Deux pénalités de Tomas Ramos et un essai de Cyril Bale (13-0, 21) au moins n’ont pas atteint les Springboks.. Pas plus que l’expulsion de Peter-Steph Du Toit quelques minutes plus tôt pour un dégagement violent sur Jonathan Danti (13e).

Victime d’un coup à la tête, le trois-quarts centre de La Rochelle a subi une fracture du plancher orbitaire. Il est parti prématurément, comme les trois autres partenaires de ce premier acte, digne d’une véritable guerre de tranchées. Cyril Bale, Thibaut Flament et Winnie Atonio ont également perdu leur place dans les quarante premières minutes, Reda Vardy s’offrant notamment le poste de capitaine en tant qu’arrière gauche. poste d’ailier à Sekou Makalu, le 3e ligne du Stade France n’est pas du tout habitué à ouvrir des espaces, au bord du combat. Mais cela ne l’a pas empêché de se produire dans la rencontre avec tout son talent. En plusieurs précieux moments défensifs, il a apporté sa vitesse et son énergie au XV de France. Comme Sipili Falatea a à son tour apporté du flair et de l’explosivité à la boîte française.

Selon les joueurs du XV de France, ils se sentent unis par de forts liens de fraternité. Sipili Falatea, l’oncle de Yorem Moefana, illustre parfaitement cet état d’esprit. Histoire de famille quant aux opérations de sauvetage. La combinaison au contact à 22 mètres cousine dans la percussion demandée. A un mètre de la ligne du bonheur “Tonton” terminait le travail après un coup sec (27-26, 73e).. Cependant, cela aurait pu être autorisé en raison d’un double mouvement dans le sol au poste, mais les Bleus seront satisfaits de la décision de M. Barnes. Déterminés à maintenir ce résultat au chaud au Vélodrome, les Français ont fait preuve d’une grande maîtrise dans les dernières minutes. Tout d’abord, bénéficiant du penalty transformé de Thomas Ramos, le XV de France est revenu à l’abri de l’attaque sud-africaine (30-26, 78). Mais aussi en gardant le ballon à la dernière minute, puis en libérant le beau sang-froid.

Lire Aussi :  « L’urgence, c’est l’alternance », déclare Jordan Bardella, nouveau président du Rassemblement national, aux militants

Les fuites de DuPont et autres obstacles sont surmontés avec brio

Ils l’ont fait, l’équipe de France a battu les champions du monde au terme d’une bataille épique. En plus des changements sur blessure, il a aussi fallu gérer le capitaine Antoine Dupont pour une frappe dangereuse sur Cheslin Kolbe (48e). Cette réalité du jeu a également entraîné la libération d’un autre joueur clé, Gregory Aldritt, en la personne de Maxime Loukou, dont la gestion des matchs et la générosité ont été exemplaires. Sans oublier que Siya Kolisi (29e) et Kurt-Lee Arendse (50e) ont inscrit un doublé. Pourtant, aucun de ces obstacles n’a pu ébranler ce XV de France qui, nous l’avons confirmé, a les épaules solides. La performance a prolongé la séquence de victoires record des Blues à 12. Et il pourrait atteindre le numéro porte-bonheur 13 dimanche prochain contre le Japon à Toulouse.

Lire Aussi :  la Répression des fraudes relève 15% d'infractions au terme d'une enquête



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button