ce qu’il faut retenir du rassemblement dans les Deux-Sèvres

Des milliers de manifestants se sont rassemblés aux abords de Saint-Saulin, dans Des Sèvres, ce samedi. à l’invitation de l’équipe “Bassines Non Merci”
. Ils ont protesté contre le projet de construction de 16 retenues d’eau pour l’agriculture, le long de la Sèvres. La marche, divisée en trois groupes, s’est rendue au bassin à 14 heures pour pénétrer sur le site. Selon une source proche du système de sécurité à l’AFP, il y aurait 3 000 à 4 000 dissidents.

Logo Bleu France

La première tension s’est fait sentir en début d’après-midi, les manifestants ont été repoussés à coups de gaz lacrymogène. Cinq gendarmes et deux manifestants ont été blessés dans les combats qui ont eu lieu au rassemblement le jour du Préfet De Sèvres. Que devons-nous retenir de cet événement ? France Bleu y contribue.

Combats pendant le spectacle

Samedi, il y a eu une bagarre entre les manifestants et la police dans le village de Do-Sèvres. 1600 gendarmes sont mobilisés. La bagarre avec les gendarmes a commencé dans l’après-midi. Ce dernier a été touché par des obus et a riposté avec des gaz lacrymogènes. Les forces de sécurité ont voulu empêcher l’accès à ce site. Selon un photographe de l’AFP, des élus qui portaient leur foulard tricolore ont été hués, notamment l’écologiste viennoise Lisa Belluco.

Réseaux du site ressource en eau les manifestants ont été forcés, a déclaré sur place le journaliste français Bleu Poitou. Les manifestants sont revenus dans la zone avant que la police ne frappe rapidement. Après une heure d’affrontements intenses aux abords de la réserve, les manifestants sont retournés sur un terrain prêté par un agriculteur pour y installer leur campement. En fin d’après-midi, 1 600 gendarmes mobilisés continuaient d’encercler la place. Selon une source proche du système de sécurité de l’AFP. de 3000 à 4000 adversaires étaient debout

Samedi soir, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lui a amené “soutenir les forces de l’ordre, en particulier le grand nombre de blessés”. “Merci à ces braves hommes et femmes qui se consacrent à faire respecter la loi.” il a tweeté.

Blessures et arrestations

“Nous sommes déjà attristés par les cinq gendarmes blessés et nous avons été informés de deux blessés parmi les manifestants.”a annoncé Emmanuel Dubé, préfet de De Sèvres, qui “Il n’y a pas de détails sur la nature des blessures.” Quatre personnes ont également été interpellées. “On voit des tirs de mortier, des cocktails Molotov et divers projectiles être lancés contre les forces de sécurité”elle a précisé. “C’est vraiment une émission violente qui vise à commettre un crime”elle a ajouté.

Julien Le Guet, porte-parole de “Bassines Non Merci”, un collectif d’associations, de syndicats et de groupes anticapitalistes pour les bassins, a été blessé dans la manifestation, a rapporté sur place le journaliste français Bleu Poitou. Selon l’agence de presse France Presse, il “il portait un bandage sur la tête, et après une courte arrestation, son nez saignait.”

Les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.
©Radio France

Sarah d’Hers
Des manifestants avant de partir.
©Radio France

Sarah d’Hers

Les chiffres environnementaux en marche

Sandrine Rousseau, Yannick Jadot et la représentante d’EELV à Vienne, Lisa Belluco, sont prêtes à soutenir les manifestants. Les organisateurs se sont regroupés autour des membres de l’équipe “Bassines Non Mersi !”.

Les manifestants se rassemblent avant de se rendre au bassin.
©Radio France

Sarah d’Hers

Macron soutient clairement un projet d’écocidea déclaré le représentant du groupe, Julien Le Gue, avant le début de l’émission. Projet du 20ème siècle Penser que l’on peut résoudre un problème important comme l’eau, la stocker dans du plastique et [en la pompant] avec l’énergie nucléaire, qui, nous le savons, sera également perdue cet hiver. Ça ne peut pas tenir.“”Nous sommes le 29 octobre, partout c’est sec, il est insensé de monopoliser toute l’eau qui est disponible pour quelques producteurs de maïs.Le député a condamné Yannick Jadot

Après cela, les trois groupes se sont rendus dans la zone du bassin.

“Maïs pour tous, justice nulle part”

Les opposants au projet dénoncent le « captage d’eau » prévu pour « l’agro-industrie ». “Maïs pour tous, justice quelque part« Pouvait-on lire sur l’immense panneau jaune au milieu de ce camp couvert de granges par divers organismes pour se rendre dès midi à proximité du chantier. “bassin”.

Manifestation, samedi après-midi.
©Radio France

Sarah d’Hers

Ces cratères ouverts, recouverts de bâches en plastique, sont remplis en hiver par pompage des eaux souterraines de surface et peut contenir jusqu’à 650 000 m3 (soit 260 piscines olympiques).. Cette eau est utilisée pour l’irrigation en été, lorsque les précipitations diminuent. Sainte-Soline est le deuxième projet de 16 cheptels de remplacement, réunis par un groupe de 400 agriculteurs de la Coop de l’eau.retraits d’été réduits de 70%”la région a encore des restrictions d’irrigation après une sécheresse estivale inhabituelle.

1600 gendarmes ont été mobilisés

Délivré par la Préfecture de Dei-Sèvres artillerie lourde en sécurité
: 1600 gendarmes ont été mobilisés pour contrôler cette manifestation non autorisée. “Dans le passé, les collectifs qui organisaient de telles manifestations ont montré qu’ils organisaient en même temps la violence, attaquaient les forces de sécurité, et n’hésitaient pas à détruire une partie des installations agricoles qui se trouvaient sur leur chemin.”a expliqué le préfet Emmanuel Dubé.

Environ 200 élus, avocats ou professeurs ont été condamnés violation de la “liberté fondamentale d’expression” dans chronique éditée par la maison d’édition “Libération”
. Parmi les signataires, des insoumis ou écologistes comme Mathilde Panot, Clémentine Auten, Alexis Corbière ou Yannick Jadot ont été choisis.

Source

Lire Aussi :  CARTE. Où se trouvent les gisements de lithium en France ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button