Camurac : Maëlle ou le grand Sault

Ses amis l’appellent “solaire”. Ses yeux clairs et ses cheveux blonds y sont évidemment pour quelque chose, mais c’est surtout l’impression qu’elle donne d’éclater de rire qui rayonne, cette forme de joie malicieuse évidemment liée à une audace malicieuse.

Comment cette Parisienne de 30 ans a adopté le Plateau de Sault où elle vit aujourd’hui ?

Maëlle Le Dû travaille à tout pour une jeune entreprise française, en plein développement, qui compte plus de 500 salariés. Cette start-up propose une approche radicalement différente de la mutuelle d’entreprise, une obligation légale mal comprise et peu utilisée par les salariés. Grâce à la digitalisation, elle propose des services personnalisés qui simplifient le quotidien : que faites-vous lorsque votre nouveau-né a une tache rouge qui apparaît sur le dos un samedi soir ? Comment trouvez-vous des médecins autour de chez vous qui limitent le reste à payer ? Comment trouver rapidement des informations fiables et des conseils adaptés à votre situation ? Une clinique en ligne, pour parler à un médecin 24h/24 heures/24 et 7 jours/7, fait par exemple partie des outils plébiscités.

Lire Aussi :  Cinq questions à se poser avant de choisir ses véhicules d’entreprise

Le besoin de quitter Paris

On imagine alors que Maëlle travaille chez “ l’espace ouvert ” d’une entreprise high-tech à Paris ! et bien non ! Maëlle vit à Camurac depuis deux ans. Après l’annonce du premier confinement, elle décide de quitter Paris et de se mettre au vert, avec une amie rencontrée pendant ses études à Toulouse. Elle n’est jamais partie ! Elle quitte son emploi à Paris, se réfugie sur le plateau de Sault où elle entame un CAP de pâtisserie à distance et devient sapeur-pompier volontaire. Cette audace déterminée n’est pas nouvelle : Maëlle n’a pas peur de s’engager un an, dans une action humanitaire au Laos son diplôme en poche, après avoir multiplié les expériences professionnelles en grands groupes durant ses études.

Lire Aussi :  Heineken annonce la fermeture de sa brasserie de Schiltigheim, 220 emplois menacés

C’est alors que cette start-up innovante découvre son profil en ligne et la contacte. Ce nouveau type d’entreprise offre 100 % de télétravail. Ses 550 collaborateurs sont répartis sur toute la France et travaillent à domicile ou en “ cotravail “Rien n’empêche donc d’intégrer ce grand groupe de santé en habitant à plus de 800 kilomètres de la capitale et à plus d’1 500 mètres d’altitude. Il n’est plus vrai qu’il faille choisir entre ambition professionnelle ou épanouissement personnel et cadre de vie. C’est une croyance dépassée qu’une carrière ne se construit que dans les grandes villes.

Lire Aussi :  Les actions en Europe dans le rouge, craintes sur les taux et une récession - 17/11/2022 à 14:11

Ces nouvelles formes de travail sont évidemment une opportunité pour les villages d’ici qui pourraient alors devenir les annexes des “Silicon Valleys”. !

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button